Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25 juin 2008

... CARLA A SARKO ... : "...fête de la musique..."

dcf5fb07c0b929f8824d8d3ee5e7da99.jpg

DESSIN DE Michel REYES (23/06/2008)

4a9aacce83d1626396bc4c13a8a25ec9.jpg
...MAUVAIS MOMENT, MAUVAIS ENDROIT... LA REAL- POLITICK...
  
 ...toujours les mêmes atermoiements devant les bourreaux, comme si le fait d'être victime semble quantité négligeable...QUESTION:...qu'avez-vous appris de la Justice ,à la Communale ?...de la défense des plus faibles?...

            ...chose curieuse que l'agression caractérisée porte l'ombre du soupçon,de la méfiance...Même du déni...l'assistance et la sécurisation de notre belle société zappent la violence qu'"elle ne saurait voir"-comme refoulée,parce qu' IM-POS-SI-BLE!... Les barbares ne peuvent demeurer dans la cîté puis-ce que nos livres d'Histoire les ont reconduits au Néant,aux frontières Bibliques de la Supra-Nation -Incorruptive!... - la bienséance de nos préceptes civilisateurs suffit à les stopper  net... le commentaire sur le jeune juif dans le coma s'améliore au fur et à mesure que son état de santé le permet,et en rentrant de plain-pied dans le débat;on entrevoit l'optimisme politique ,et au bout du chemin,un renversement de situation : "..le jeune garçon n'est pas si innocent que cela...on l'a vu ici,...et là-bas...traîné avec des nanas,des mecs,dans un coin à cames...on peut MÊME s'imaginer que "c'est  bien fait pour lui"!...et puis l'inénarrable final de "partages de territoires",comme pour les renards...On parle de quoi?... "  (...)

2588eb2f4c6819434e5e6c882e530f51.jpg
        ...Bref,de l'état de victime,on entrevoit celui de coupable..pas mal,le JT de FRANCE 2 où,après la défaite de la Musique , tout finit par des chansons...chapeau...De mieux en mieux...le bruit assourdissant des "non-agressions" entame  même les oreilles plus chastes des juges et  de les classer en "non-lieu" - c'est à dire qu'elles n' existent pas...légère irritation dans la cellule immigrationniste mais on continue,on avance(tu parles,LA "révolution" est au bout!...) - même à reculons...on reste INFLEXIBLE(ça ne PEUT pas venir de LA...),puis-ce que d'anxiogène,toute cette banalisation qui crée l'évènement  finira par le rejeter ... PANTOMINE DE L'INCROYABLE PANDÉMIE MENTALE!... 
         ...alors,où nous sommes dingues de "croire" en notre propre interventionnisme judiciaire,soit cette civilisation se casse la gueule pour de bon,avec ses valeurs qu'elles n'arrivent plus à inculquer,ni à transmettre - (en 68,après les avoir copieusement rejetées QUOI de plus normal en somme?...) et dans la démonstration,à trop s'acharner sur le corpus social malade,on finit par tuer le patient...donc les journalistes et  les lecteurs continuent de se pincer pour s’assurer qu’ils ne rêvent pas,...et les malfaisants argumentent à qui mieux-mieux leurs démarches "utiles",profitant des largesses de la démocratie toute-puissante,cet autel déiste du  progrès,ou l'inacceptable,l'intangible et l'outrancier s'en sortent,se noient, avec les mentions "spéciales" du jury - voire des "mémento" en forme de best-sellers ...comme pour les films  ALIEN & le navrant IRRÉVERSIBLE,dans les galeries marchandes,les parking et les passages souterrains,inutile de vous agiter,... PERSONNE NE VOUS ENTENDRA  CRIER!...
2a2d5d329127878a05b8e5af2dc212fc.jpg
medium_img500.jpg
infos spéciales:Le dernier recueil de Lionel Mazari parait ce mois-ci aux éditions Gros Textes. Il est disponible à l'adresse de l'éditeur:  Editions Gros Textes, à Fontfourane, 05380 Chateauroux-les-Alpes. Son prix public est de 10 euros.medium_img492.2.jpg Vous y trouverez: des textes en prose écrits dans les années 90 et rassemblés sous le titre Journal d'un ange, ainsi que ses derniers écrits sous le titre: J-C Cédille. Un tableau de Michel Reyes représentant Venise orne la couverture. Sont toujours disponibles chez ce même éditeur: les deux précédents recueils: Clam et Cohobe, au prix de 6 euros chacun.

25 mai 2008

... RIRA BIEN QUI RIRA LE DERNIER...

3f7c622e9a7d92bbbc5898b05e71ed2c.jpg
Ça va TRES mal finir…J'ai faim.
b0fe84e5dcd5078bb1a435222efe3279.jpg
medium_img475.7.jpg 

medium_images.14.jpg 

records.2008

23 mai 2008

...AFFAIRE AL DURA,LES REPORTAGES BIDONNES D'ANTENNE 2... : "...le faux assassinat,en 2000,d'un fils et de son père par l'armée israélienne..."

4b9d1e57e70664d0ff39ecf390b6bb09.jpg

UNE VERITE QUI EMERGE,8 ANS APRES LES FAITS, SUR L’AFFAIRE AL DURA : France 2 et Charles Enderlin viennent d'être déboutés de leur plainte en diffamation contre Philippe Karsenty (jugement du tribunal de Paris le 21/05/2008) …Le JT d’hier soir , penaud, et sous la houlette de POUJADAS ,passait plutôt rapidement sur les compte-rendus de l’audience…
…Déjà, à l’époque, j’eus quelques doutes sur cette fameuse cassette : les victimes n’étaient pas du « bon côté » des balles et j’en avais fait part autour de moi,mais les échos furent assourdis par le 11/09/2001…Voilà quelques preuves essentielles soigneusement occultées par les médias depuis des années.

LES PREUVES DE BIDONNAGES SONT INNOMBRABLES….

Denis Jeambar (ex directeur de l'Express ; Directeur aux éditions du Seuil) et Daniel Leconte (Réalisateur/animateur et producteur pour Arte ; Prix Albert Londres ; Prix des droits de l'homme) et Luc Rosenzweig (ex journaliste à Libération, ex rédacteur en chef du Monde) affirment que la cassette vidéo qui contient la scène ultra connue de « la mort du jeune palestinien tué par les israéliens dans les bras de son père » comporte à peu près 90% de FAUSSES IMAGES D'ACTUALITE (24 mn bidonnées sur 28mn de bande vidéo) Autrement dit : DES REPORTAGES ENTIEREMENT BIDONNES PAR LES PALESTINIENS.

DES JOURNALISTES DE FRANCE 2, présents au visionnage ONT AVOUE QUE CES BIDONNAGES ETAIENT BIEN REELS ET CONSTITUAIENT PRESQUE LA NORME.

Pour l'ensemble des médias, Charles Enderlin (le correspondant de France 2 en Israël) est victime, depuis plusieurs années, d'une horrible campagne de diffamation menée par quelques illuminés pro-israéliens. Ces « illuminés » prétendent que la scène de « la mort du jeune palestinien Mohamed Al dura tué dans les bras de son père par les soldats israéliens » est un faux grossier et d'autres que rien ne prouve que l'enfant ait été tué par les soldats israéliens. Certains affirment que la cassette vidéo qui contient cette scène tragique est truffée de scènes d'actualités bidonnées autrement dit carrément mises en scène par le caméraman Palestinien de France 2, Talal ABOU RAHMA qui a filmé la cassette contenant « la mort de l'enfant ». Cette scène a été tournée au carrefour de Netzarim au début de la seconde intifada. Notons que plusieurs collègues du caméraman de France 2, tous palestiniens mais travaillant pour d'autres chaînes de télévision, étaient présents à ce carrefour. J'ai été, comme tout le monde, totalement indigné par ces rumeurs odieuses concernant un événement aussi dramatique jusqu'au jour où, des révélations absolument CAPITALES se sont produites concernant cette affaire. Ces révélations ont eu lieu au cours d'une interview radiophonique sur RCJ. Lors de cette interview, l'animateur de la radio a interrogé deux journalistes de tout premier plan : Denis Jeambar (l'ex directeur de l'Express) et Daniel Leconte (Réalisateur/animateur et producteur pour Arte). Cette interview faisait suite à un article que les deux hommes avaient déjà publié dans le Figaro quelques jours auparavant.
Leur témoignage est absolument CAPITAL et, à vrai dire, totalement STUPEFIANT.

fb0ebac374115a5e373fee3ca0e6626d.jpg
Dans les locaux de France 2, en présence de journalistes et de responsables de la chaîne (dont Arlette Chabot) ces deux journalistes indépendants ont pu visionner la fameuse cassette vidéo qui contient la scène célébrissime de « la mort du jeune palestinien ». Cette scène a fait le tour du monde et créé une véritable icône mondiale: le martyr d'un enfant palestinien innocent tué de sang froid par les barbares israéliens. Les deux hommes ont pu voir la cassette « brute » (rushes) de laquelle on sélectionne quelques scènes pour illustrer le journal télévisé de 20 heures. Lors de ce visionnage très attentif et particulièrement méticuleux (ralenti, arrêt sur image, retour sur image, etc…) les deux hommes ont constaté, avec une immense stupéfaction, que la quasi-totalité des images d'actualité contenus dans cette cassette vidéo étaient bidonnés, c'est-à-dire carrément MISES EN SCENE. Autrement dit, des « figurants » jouent « de fausses scènes l'actualité » comme pour une fiction devant la caméra.
Je cite Jeambar et leconte lors de leur interview du 01/ 05/2005 sur la radio RCJ: émission RCJ
Denis JEAMBAR : « il faut dire aussi que dans ces rushes, pendant 24 minutes à peu près, on ne voit que de la mise en scène. C'est-à-dire, des jeunes palestiniens utilisant d'ailleurs la télévision comme moyen de communication. C'est l'arme des faibles, je dirais aujourd'hui. Simulant des blessures etc on les voit tomber, quand ils ont l'impression qu'ils ne se passent rien, ils se redressent »
« Moi, je ne porte pas de jugement sur le comportement des palestiniens. Comme je dis, c'est l'arme des faibles. Mais c'est une vérité. Il n'y a qu'un homme qu'on voit blessé à la cuisse. Là, on voit clairement qu'il y a du sang qui coule. Mais pour le reste, vous voyez des garçons qui regardent la caméra, qui font semblant de tomber, qui tombent, et quand ils voient qu'il se passe rien, ils repartent en courant ».
« Ils simulent des blessures, totalement. Des va et vient d'ambulance où on évacue les gens qui n'ont strictement aucune blessure. C'est aussi un élément important du film, et d'ailleurs, qui fait que dans la première vision on a été extraordinairement troublé. Et le deuxième élément de trouble, c'est la scène elle-même. C'est-à-dire qu'on a demandé des vérifications parce que le père porte un T-shirt sur lequel on ne voit aucune trace de sang. Et ça a été un des éléments qui nous a aussi troublé »
Daniel LECONTE : « Oui, pareil. Denis a parfaitement résumé la situation. J'ajouterai dans la mise en scène, qu'évidemment autour de la table, quand nous étions avec les représentants de France 2, ils ont été obligés de reconnaître, comme nous, que c'était de la mise en scène. Ce qui est quand même extravagant. Et quand on leur a dit : « vous voyez bien que c'est de la mise en scène », l'un d'entre eux nous a dit en souriant : « mais oui tu sais bien que c'est toujours comme ça ». Toi tu sais peut-être, mais le téléspectateur il ne sait pas que c'est toujours comme ça »
NON ! VOUS NE REVEZ PAS ! Cà n'est pas du Thierry Meyssan qui affirme des sornettes grotesques et éléphantesques. Il s'agit de deux journalistes parfaitement reconnus et estimés dans le milieu, qui ont simplement décrypté les images au ralenti, constaté les innombrables bidonnages et obtenu relativement facilement l'aveu de plusieurs journaliste de la chaîne publique…

Il y a donc déjà très longtemps (trois ans à ce jour) que Jeambar et Leconte ont obtenu CES AVEUX de la part de plusieurs journalistes de France 2 qui leur ont, en outre, précisé que les palestiniens leur fournissaient très régulièrement ce type d'images d'actualité BIDONNEES c'est-à-dire mise en scène et que c'était quasiment devenu la norme !! (je rappelle à nouveau la phrase de Leconte : « l'un d'entre eux nous a dit en souriant : « mais oui tu sais bien que c'est TOUJOURS comme ça »).
Il ne s'agit donc pas, de la part des palestiniens, d'une supercherie hyper subtile, pratiquement indécelable et surtout exceptionnelle qui aurait pu, cela peut facilement se comprendre, échapper à la vigilance des journalistes de F2. Non, selon les dires du journaliste ces bidonnages sont devenus la norme et ceux que nous payons avec nos redevances pour nous « informer » l'acceptent sans même broncher! On se pince pour être sûr de ne pas avoir rêvé !
Les deux hommes ont donc constaté par eux-mêmes ces incroyables bidonnages. Depuis, une troisième personne d'importance à constaté l'évidence de ces images d'actualité truquées. Cette personne semble, elle aussi, au dessus de tous soupçons puisqu'il s'agit tout simplement de la Juge du tribunal de Paris (11ème chambre de la Cour d'appel) Madame Laurence TREBUCQ ! Ce magistrat est en charge du procès en appel qui oppose France 2 à Philippe Karsenty, l'un des « soi-disant » illuminés qui parlent d'images bidonnées depuis longtemps.
Je cite la juge lors du procès (elle s'adressait à Arlette Chabot représentante de F2 et qui se montrait fort irritée par le fait que la juge ait constaté, elle aussi, de nombreux bidonnages sur les séquences de la cassette vidéo)
La juge F. TREBUCQ : « Madame, je ne dis pas que votre chaîne n'a diffusé QUE des reportages bidonnés je dis qu'elle a AUSSI diffusé des reportages bidonnés. "
b21b78e477748e29d1c68e91ca42ae67.jpg
Notons qu'Arlette Chabot n'était pas responsable du service info à l'époque, il s'agissait d'Olivier MAZEROLLES.
Une chose est absolument certaine : France 2 et Charles ENDERLIN vont avoir un mal fou pour démontrer que sur une cassette considérée comme bidonnée disons… à 95 % ; les 5% restants que l'on nous oblige à considérer comme absolument authentiques seraient, par un hasard divin, la scène de la mort de l'enfant super bien cadrée et qui constitue, à nouveau comme par hasard, l'image de propagande absolument « idéale » pour rallier définitivement les téléspectateurs du monde entier à la cause palestinienne. Bref ; un minuscule petit îlot de scoop insensé et inespéré mais garanti authentique pur sucre dans un océan de mensonges montés et orchestrés de toutes pièces par les militants de la cause palestinienne qui improvisent et jouent des scènes de guerre devant les cameramen palestiniens !
66b3bdbba6f9df0b277ebd1dceff9ab2.jpg
QUELQUES DETAILS NON NEGLIGEABLES…
1) contrairement à l'instinct paternel, le père ne fait pas bouclier de son corps pour protéger son fils. Il fait exactement l'inverse : il serre son enfant contre lui. C'est donc l'enfant qui est en position de « bouclier contre les balles ». Notons que, vu la disposition des lieux, le père aurait pu totalement recouvrir l'enfant de son corps. Dans ce cas l'enfant ne risquait strictement rien, sauf en cas de tir d'obus ou de grenade. Mais, passons, après tout, pourquoi pas…
2) Le père est censé être très grièvement blessé par les balles de l'armée israélienne qui sont censées êtres redoutables. Or, il n'y a pas la moindre tache de sang sur le T-shirt blanc et hyper léger du père. Nous ne sommes pas en Alaska où l'épaisseur de la veste de la victime pourrait absorber ou cacher le sang.
3) L'enfant n'a pas plus de traces de sang que son père. Or, selon tous les experts en balistique, les balles « incriminées » auraient dû faire littéralement éclater les chairs.
4) Aux dires du caméraman, ces balles israéliennes ont soit disant étés dûment récupérées par France 2 (c'est-à-dire par lui-même) or il ne veut pas les montrer à la presse. Pourquoi ? C'est son secret dit-il bizarrement.
5) Le corps du jeune garçon n'a jamais été autopsié et il a été enterré rapidement, sans enquête de police. Personne n'a jamais montré aux journalistes les balles israéliennes qui sont censées l'avoir tué !
6) Le caméraman de F2 affirme que les tirs ont étés très intenses et continus sur les deux victimes pendant 45 minutes. Or, on ne compte que 7 ou 8 impacts de balles sur le mur contre lequel les victimes étaient recroquevillées, derrière un baril en ciment ! Cela fait vraiment très peu pour un acharnement et des tirs intensifs censés avoir duré pendant 45 minutes ! Mieux encore, au lieu de filmer ce véritable déluge de tirs sur les deux pauvres victimes avant leur « mort » le caméraman a filmé…. les fameux bidonnages que l'on voit avant la scène fatale !!! Et dans ces bidonnages on remarque le père et son fils qui attendent sans raison derrière le baril de ciment !
7) Selon un expert en balistique, ces 7 ou 8 impacts, par leur forme, ne sont pas dûs à des tirs israéliens.
8) Longtemps avant « la mort de l'enfant », le père et son fils sont déjà en place derrière le baril de ciment alors que tout est calme autour d'eux. Attendent-ils d'entrer en scène au moment voulu ? Car, étrangement, à 70 cm juste derrière eux un autre caméraman palestinien filme tranquillement en direction des israéliens !!! Filmerait-il tranquillement, et totalement à découvert, un canardage intensif directement face aux rafales meurtrières israéliennes !? L'ensemble des images bidonnées qui précèdent la mort montre que les futures victimes sont déjà en place à attendre et qu'ils restent là alors qu'il leur aurait été possible de quitter cet endroit à de nombreuses reprises et tranquillement. On voit à quelques mètres d'eux des cameramen palestiniens fumer tranquillement leur cigarette, insensibles au soit disant canardage sur un carrefour totalement à découvert !
9) Charles Enderlin affirme avoir coupé l'agonie de l'enfant car trop insupportable. Or cette scène n'existe pas sur la bande vidéo brute et Enderlin est toujours incapable à ce jour de la montrer.
bb308f6def79c0973290b388e869e524.jpg

Bref, cela fait beaucoup d'énormes questions pour ce petit confetti restant mais supposé être la seule partie de réalité non bidonnée. Il faudra des âmes bien plus que très charitables pour faire semblant de prendre au sérieux ces 5% de « vrai réel » surgissant comme par miracle à la fin d'une cassette entière de bidonnages grossiers et avérés.
A propos du décryptage des bidonnages : il s'agit de repérer un « bêtisier » involontaire, des erreurs contenues dans les mises en scènes elles-mêmes. Mais ce « bêtisier » est difficile à voir à la première vision. Trois exemples types : le blessé boite de la jambe gauche puis de la jambe droite. Un « mort » répond soudain au téléphone lorsque son portable se met à sonner. Des jeunes font semblant de fuir, affolés sous les tirs pendant que l'on voit juste à coté d'eux des journalistes qui font tranquillement la pose en fumant leur cigarette et qui rigolent tout en papotant ! etc… (Liste non-exhaustive)
L'OMERTA TOTALE DES MEDIAS…
Fort curieusement, les médias dans leur totalité ne tiennent absolument pas compte des révélations PLUS QUE CAPITALES de Jeambar et Leconte, ni des constatations identiques de la juge Madame Trébucq, ni des AVEUX des journalistes de France 2. Ces gens là et cette femme ne sont pourtant pas des affabulateurs ou encore l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'ours des bidonnages !
Ce sont des témoins DIRECTS et on ne peut plus connus et respectés dans leur profession. Il est donc tout à fait facile de les contacter et de les interviewer! Cette affaire semble représenter un tabou idéologique absolu. Pourquoi ? …
0c1240843cbd98fef9a4f3c13a50059e.jpg
Pourquoi, après ces aveux de bidonnages par des journalistes de F2, continuer à colporter encore et encore la thèse qui présente Charles ENDERLIN comme une simple victime d'extrémistes illuminés et haineux? Pourquoi cette incroyable affaire semble-t-elle gêner autant de monde ?
Si Enderlin est une victime c'est qu'il est la victime des images mises en scène par son caméraman palestinien Talal abu Rahma qui l'a ouvertement abusé et nous avec. Il n'est donc pas victime d'illuminés, d'une juge, et de journalistes consciencieux. S'il est victime, il est donc victime de France 2 qui acceptait sans sourciller des reportages bidonnés et EN CONSCIENCE depuis longtemps (je rappelle encore cet aveu tant il est incroyable : « l'un d'entre eux nous a dit en souriant : « mais oui tu sais bien que c'est toujours comme ça »)
Qui est la victime ? Enderlin ou l'honneur perdu des médias dans ce qui est déjà un énorme OUTREAU médiatique qui ne peut, désormais, qu'éclater très rapidement? Qui est la victime ? Enderlin ou le téléspectateur qui demande à être informé avec au moins un petit minimum d'objectivité et qui demande tout simplement la vérité?
Pourquoi ce silence de tombeau dans les médias ? Pourquoi cette omerta, cette froide morgue et cette désinformation totalement méprisante pour le public et la démocratie? Cette affaire est une insulte à l'intelligence et à la dignité des citoyens du monde entier.
Les journalistes de France 2 ont avoué et reconnu les bidonnages devant Jeambar et Leconte il y a presque trois ans déjà! Il n'y a donc pas de calomnie envers Enderlin il n'y a qu'un gigantesque OUTREAU MEDIATIQUE à démêler avec une commission parlementaire que nous devons TOUS réclamer.
A noter que France 2 travaille encore à ce jour avec C. ENDERLIN comme correspondant en Israël et avec le même… caméraman palestinien !!!
La vérité n'a pas de camp : elle doit être établie quoiqu'il en coute...

16 mai 2008

…QUE DIRE DE MAI 68,UNE REVOLUTION AVORTEE,ET DE SES SINISTRES COMMEMORATIONS ?… : « … un rappel malsain des impuissances mondiales… »

f97af71743d3a59aa3e91ad0a708f344.jpg

« …On en finira donc JAMAIS avec la nostalgie, camarades ! ... Après les purges, le souvenir ! ...Du cadavre du fœtus bouffé aux mites, rien ne nous aura été épargné, pas même son ectoplasme encyclique. Nous en sommes presque à l’érection de monuments aux non-morts de la date fatidique …D’énumérer les acteurs de l’époque, de leurs confortables retraites contemporaines dans ce qu’ils haïssaient le plus, «l’establishment» et ses valeurs bourgeoises, comme en dégoise le journalope hype et leurs putes groupies, revient à ériger la trahison au rang de vertu,…COHN- BENDIT,FABIUS,STRAUSS KAHN,SARKOZY, même RAFFARIN se réclament du «lancer de pavés» !!!... Sans parler de la nomenklatura médiatique pêchée dans le fleuron du quartier latin, mais dans les bas-morceaux de la Littéraclure, rassurez-VOUS !...les JULY,DURAND et DRUCKER continuent d’animer le bal des cocus …Ce n’est plus du réchauffé, c’est du corn-flake fossile ce dont on parle  …et quelques «quarante-z’années» de plus n’arrangent RIEN à l’affaire, sinon de lui balancer quelques voiles pudiques appellerait à une charité NATIONALE de bon aloi…  De visu, ce qui surnage avec le quadrophage blennorragique, c’est la montée de l’ignorance, de l’analphabétisme, des illettrismes, de la violence d’Etat, individuelle, atavique et roborative – de celles qui alimentent les gazettes du malheur ponctuel et de la claustrophobie philosophique : l’idéologue high-tech se porte bien, en bourses comme à la ville. Et son franc-parler anime le diner en ville de contrepèteries amusantes, et sa progéniture bétonne son avenir tout-fait, à faire-soi-même, en kit et grenelles(grenailles)de la pensée eunuque(pour changer  un peu de l’ «unique»…).Et bien, plus j’énumère ses vices ,à ce vil rogaton, et plus il me parait sympathique !...Paradoxe, non ? ...CLAUSTROPHOBIQUE EGALEMENT ! ...  le Jean VALJEAN moderne creuse  ,et c’est avec délectation qu’il devrait s’enivrer de la dépouille de Mêh-68 ,gonflée de vers, bleuie par les flots, verdie par les mouches, portée par l’Histoire avant d’aller percuter mollement les autres …b128dde70130f4a67da51f7edbceb67b.jpg ON IRA FAIRE LE PEQUIN EN CHINE, A TOMBOUCTOU ! ...ET ,JUSTE APRES LA BALLE DANS LA TETE,FINIR DANS LA MARMITE ETHNIQUE !...Wouaaaaah,ça vous branche ?... »

40926c195172d54a823b92d5feadefec.jpg
medium_img475.7.jpg 

medium_images.14.jpg 

records.2008
942e42e42da329bea6fb9598f878355e.jpg
Ça va mal finir…

LES CENTS MILLIONS DE MORTS DU COMMUNISME SONT DES CONS... : "...pour changer l'avenir,changeons le passé!..."

(paragraphe 1 du Catéchisme de la Bonne Démocratie Universelle)
ec5e8ab0e889cb78b54f09a71896bbfc.jpg
....et puis en 2008,LODEVE,ville tranquille de l'HERAULT,tombait aux vapeurs toxiques du re-socialo-communisme,mais sous la forme déguisée d'un matriarcat adoubée d'une conspiration politique et unie de trois poussifs partis en mal de popularité...mais on ne refera pas l'histoire et les mensonges qu'une ville se construirait en 10 ans?...JE RICANE!!!....pour revenirà nos moutons de Panurge,nous étions en 2006 et...
"...Telle est la teneur de la dépêche AFP que j'ai reçu ce matin. Il y a des matins qui valent leur pesant d'armes de destruction massive ! Cela continuait ainsi : Le projet de recommandation présenté aux parlementaires au terme de trois heures de débat, n'a pas atteint la majorité requise des deux-tiers pour être adoptée. Le document réclamait notamment "une déclaration officielle en faveur de la condamnation internationale des crimes des régimes communistes totalitaires" ainsi que l'organisation d'une conférence internationale sur ces crimes. On pouvait se dire jusque là qu'il devait s'agir d'un malentendu. Voyons, c'était impossible, pensez donc : cette Super-Europe démocratique dont la "Constitution" est en cours de réécriture, cette Reine des droizumains, cette Impératrice des libertés de la femme et du louveteau sauvage, elle si prompte à dénoncer, partout dans le monde, les odieuses résurgences du Fâ-âscisme, comme l'horrible Naméricain Georges Bush qui ne fait rien qu'a nembêter nos chers amis destructeurs professionnels de Boudhas...non, cela devait être une erreur, voyons, toute cette magnifique Europe des Droits de l'Homme n'avait-elle pas chanté à l'unisson avec le peuple allemand lors de la Chute du Mur de Berlin ?
7af27e56ca12824f33b80995b6163911.jpg

...Elle n'aurait pas chanté aussi fort en 1956, pour Budapest - me dîtes vous, ou pour Prague en 1968, ou même pour Varsovie, en 1980. Certes, certes, mais personne n'est parfait, allons donc, surtout pas une nation qui peut quand même se targuer de perdre au moins une guerre sur deux depuis trois siècles.Les premières lignes de la nouvelle étaient somme toute surprenantes, mais pour quiconque connaît notre pays de cocagne, nourri au lait de Jean-Paul Sartre et à la bouillie philosophique altermondialiste, on pouvait à la rigueur admettre un peu d'exagération. ...Mais pas du tout, pas du tout, pas du tout : encore une fois, je me trompais, je n'avais pas encore compris dans quel monde idéologiquement perfectionné j'étais entré. Cela fait longtemps que la France est l'infarctus du myocarde de l'Europe, cela fait longtemps que l'Europe est la dysenterie chronique de la France. Ainsi la dépêche AFP continuait en ces termes :Il invitait également les ex-pays communistes, tous membres de l'organisation paneuropéenne à l'exception du Bélarus, à lancer des campagnes de sensibilisation, à ériger des monuments commémoratifs aux victimes et à réviser leurs manuels scolaires. De Prague à Zagreb, en passant par Berlin, Athènes ou Paris, les partis communistes s'étaient mobilisés depuis plusieurs semaines contre une possible condamnation des "crimes communistes". Que les communistes refusent de voir leurs crimes historiquement et à jamais mis à jour, et condamnés, surtout dans les manuels scolaires, on peut comprendre. Après tout, ils ont beau dire, et accomplir leurs contorsions de jésuites, nous savons bien qu'ils ne ressentent pas l'ombre d'un regret face aux dizaines de millions de cadavres qui remplissent les charniers de leur utopie. Les criminels de guerre rouges défendent leur pré carré, osons dire leur carré de cimetière. Nous sommes encore dans le monde réel. Le monde du XXIe siècle et de ses idiots assassins. Le monde du XXIe siècle et de ses victimes encombrantes. Mais la dépêche de ce matin nous montrait fort bien à quel point nous avions changé de siècle.Il est aujourd'hui non seulement interdit, mais juridiquement condamnable de posséder je ne sais quel emblème austro-hongrois, argentin ou slovaque qui n'a pas l'heur de plaire aux contrôleurs de Ministère du Fétichisme Démocratique. Posséder une étoile rouge soviétique, un t-shirt de Che-Guevara ou un emblème de la Chine Populaire ne porte strictement à aucune conséquence.Et très franchement, au fond, à y bien réfléchir, qui pourrait ne pas le comprendre ? Prenons un exemple simple : en 15 ans de pouvoir absolu, le régime de l'horrible général Pinochet s'est rendu coupable de l'exécution d'environ 3000 personnes.

b58962726b9f78e2fd30a6289c681a53.jpg
...Heureusement, les redresseurs de tort de la "Zérope Unie" savent tenir les comptes et l'affreux général a fini par payer pour ses crimes...

À l'inverse, grâce aux efforts incessants d'Ignacio Ramonet, de Libération et de la Télévision Publique du Frankreich, nous avons pu éviter que l'on mette fallacieusement en comparaison ces chiffres avec les 45 années de pouvoir ininterrompu du Grand Lider Maximo : les 100,000 ou 150,000 victimes de sa répression passée n'étaient après tout que des laquais de Walt Disney et du Pentagone, et les 30,000 prisonniers politiques qui croupissent aujourd'hui dans ses prisons ne savaient pas, c'est bien clair, écouter les bonnes stations de radio, un peu de rééducation pratique ne leur fera donc pas de mal. Là où la surprise est de taille, c'est le COURAGE EXEMPLAIRE avec lequel la députasserie zéropéenne a su mettre un point d'arrêt à cette ignoble tentative de désinformation au sujet des crimes du communisme. Ce qu'ont dit, à une vaste majorité, les membres de la bourgeoisie représentative que nous tous, nous, tous les Français, nous, tous les Européens, avons élu dernièrement, est en effet d'une clarté évidente, limpide, lumineuse, ne souffrant pas la moindre contradiction : 1) Les communistes n'ont commis aucun crime puisqu'il est désormais interdit, ou presque, de l'affirmer (bientôt un amendement?...). Il faudrait voir à respecter la règle du droit démocratique, tout de même. 2) Le communisme n'est pas une idéologie criminelle...3) les crimes du communisme n'étant pas des crimes, ils est temps d'affirmer que toutes les soi-disant « victimes » de ces crimes sont soit des imposteurs, ou bien des faussaires, soit de purs fantômes, je veux dire des fictions, des chimères, des légendes, des mensonges, bref des gens qui n'existent pas. À ce titre, l'Assemblée des Fossoyeurs Eurocrates aura une nouvelle fois parfaitement rempli sa mission, qu'elle a su avec génie appliquer à partir des préceptes orwelliens de 1984 : pour changer le futur, changez le passé. La liberté c'est l'esclavage. Le mensonge c'est la vérité. Il va falloir que l'Eurofrance songe au plus vite à instaurer une « Journée de la Révision Historique », il est temps en effet de faire participer, dans la joie sans cesse renouvelée du vivransamble, toute la population de notre pays, et toutes celles de ce continent béni des Dieux, à cet effort collectif, courageux, pour ne pas dire héroïque, qui consiste à bien faire comprendre à tout le monde, absolument partout, sans oublier le moindre recoin du globe où la Démocratie et Thierry Ardisson ne sont pas encore arrivés, comme sur le Larzac,que les communistes étaient des gens super-cools, qui savaient danser le kazatchok, et collectiviser les terres et les industries. Il est temps, en fait, et une bonne fois pour toutes, à l'unisson avec ce Parlement dont l'Histoire saura en toute certitude retenir le nom, l'existence, et les augustes réalisations, de prononcer cette sentence ultime, destinée à clore à jamais le tombeau du XXe siècle, et les odieux trucages de ces non-personnes qui, du Goulag à Katyn, de l'Ukraine à Srebrenica, ont osé manipuler les consciences innocentes qui n'avaient lu ni l'Humanité ni les oeuvres complètes d'Olivier Besancenot. Il est temps en effet, pour tous ces illustres représentants démocratiques d'une Europe qui sait dire non au populisme , il est temps, pour tous ceux qui sont chargés de nous bâtir une « Maison Commune », d'éjecter du vestibule tous ces spectres d'un passé définitivement révolu.Il est temps, en effet, pour l'élite politique de se préparer activement à accueillir en son sein la Grande Utopie de ce siècle, il devenait donc urgent de réhabiliter celle qui avait dominé le précédent, il était temps d'avoir enfin l'audace d'affirmer que les cent millions de morts victimes du communisme étaient des cons...

486046b8a71dd39e4a506d627bd6662f.jpg

 

...DE L'ATHEISME A L'ATHLETISME... : "...présence du bouddhisme dans le milieu de l'Art.Mobilisation souhaitée..."

112258c127b66b45eeb31ccaac2bce79.jpg
« ….De MISHIMA à Pierre LOTI, en passant par KEROUAC,VAN-GOGH,le monde de l’Art, de la Littérature, des peintres(comme MONET,KLEE, etc…)s’est entiché du Bouddhisme, l’a adopté et régurgité sur des œuvres qui sont devenues le patrimoine commun à l’Humanité entière – des œuvres que nous n’avons pas honte de montrer au monde entier…Il aura fallu les déjections d’un étron qui phagocyte les largesses de la République pour jeter l’opprobre sur le Tibet, le Bouddhisme, même sur HERGÉ, inoffensif dessinateur de BD que des millions de gamin(e)s ont lu et rêvé à travers la planète…VOLTAIRE,décrié sur son fauteuil,puis mort au même endroit,n'a JAMAIS cessé de se battre.Et la "négociation" n'était pas son genre...Si le XIXème lui doit "LES LUMIERES",il se pourrait que le XXIème actionne un commutateur d'obscurité - pour ne pas dire "obscurantisme"...Alors si les chantiers,les bagnoles et les centrales nucléaires animent la pensée d'une "réal-politik" bien-pensante pour l'acceptation d'une Chine "bienfaisante",nous pouvons ranger nos stylos,nos computer et nos toiles dans le placard du passé...Plus rien ne s'opposera aux  valeurs qu'abandonnent un idéal humaniste :"NE PAS SOUHAITER AUX AUTRES L'INACCEPABLE POUR SOI,ET MEME POUR DE FOUTUES RAISONS MERCANTILES!..."...FERMER LES YEUX,CE N'EST PLUS OUVRIR LES CONSCIENCES!... (ci-dessous,des policiers chinois touchent leurs déguisements de moines pour accentuer les provocations...)
ba90d61e5a04a6d16914d926ffd68fdd.jpg
 
0471711ea0fbaeec6282ea0576822da1.jpg
45fce8ee974b7b097b9167854bc3407f.jpg ...Est-ce bien NORMAL que la communauté intellectuelle, culturelle et artistique se taise devant les raclures de chiottes qui servent la soupe aux parangons des tueurs de moines – qui seront probablement exécutés, après les arrestations dans les monastères tibétains…Certainement une bonne centaine d’innocents vont se retrouver avec une balle logée dans la tête si on ne fait rien…Et en clair, nous n’en sommes plus à BOYCOTTER les jeux olympiques, mais à les ARRETER !...Nous voulons des nouvelles de ces moines, et savoir s’ils sont vivants…sinon, pas de jeux…En tous les cas, je ne les regarderais pas…
b7ae18b0234518a3aa3dde2474341520.jpg 

Nous ne sommes pas tous - ceux qui dénoncent les conditions effroyables contraires aux droits de l’Homme - , comme l’annonce bêtement MELANCHON, QUE des amateurs de Walt DISNEY …

…VADE RETRO MELANCHUM !

403dc871e7470671eec1ea8bdc3817f7.jpg
f00c8334392638303fc3e5c226029c3a.jpg
…Le blog le plus ravageur de conneries et de négationnisme, c’est bien le PS ,morceaux choisis… :
 1-« … Parler « d’invasion » en 1959 pour qualifier un évènement à l’intérieur de la révolution chinoise est aberrant. Dit-on que la France a « envahi » la Vendée quand les armées de notre République y sont entrées contre les insurgés royalistes du cru ?... »
 2-« …Le Dalaï Lama et les autres seigneurs tibétains ont accepté tout ce que la Chine communiste leur proposait …Cela jusqu’au jour de 1956 où le régime communiste a décidé d’abolir le servage au Tibet et régions limitrophes…Dans une négation des traditions, que j’approuve entièrement, les communistes ont abrogé les codes qui classaient la population en trois catégories et neuf classes( !!!)…. »
3-«  …L’autorité communiste a mis fin aux luttes violentes entre chefs locaux du prétendue paradis de la non violence ainsi qu’aux divers châtiments sanglants que les moines infligeaient à ceux qui contrevenaient aux règles religieuses dont ils étaient les gardiens… »
4-« … La version tibétaine de la Charria(wouaoh !) a pris fin avec les communistes… »
5- « …(et évidemment…)  « … La révolte de 1959 fut préparée, armée, entretenue et financée par les USA dans le cadre de la guerre froide...etc…etc… »,
 6-et puis « …pourquoi pour exercer sa religion et la diriger le Dalaï Lama aurait-il besoin d’un Etat ? Un Etat qui pour être constitué demanderait d’amputer la Chine du quart de sa surface! Son magistère moral et religieux actuel souffre-t-il de n’être assis sur aucune royauté ?... 

 …Oui,c’est presque une brêve de comptoirs !... 

medium_img500.jpg
infos spéciales:Le dernier recueil de Lionel Mazari parait ce mois-ci aux éditions Gros Textes. Il est disponible à l'adresse de l'éditeur:  Editions Gros Textes, à Fontfourane, 05380 Chateauroux-les-Alpes. Son prix public est de 10 euros.medium_img492.2.jpg Vous y trouverez: des textes en prose écrits dans les années 90 et rassemblés sous le titre Journal d'un ange, ainsi que ses derniers écrits sous le titre: J-C Cédille. Un tableau de Michel Reyes représentant Venise orne la couverture. Sont toujours disponibles chez ce même éditeur: les deux précédents recueils: Clam et Cohobe, au prix de 6 euros chacun.
ab20f6617661a4492484e5f71b16998b.jpg
Eloge de Robert Ménard,par Philippe BILGER,avocat général à la cour d'appel de PARIS. 

 

629fc0d22a49dba69b9b1cea17c6932f.jpg...Loin des critiques fréquemment formulées à l'encontre du secrétaire général de Reporters sans Frontières, il en est un pour saluer son courage et sa détermination au combat. Le voici.

 

 Il agace, il s'agite, il remue, il escalade, il parle, il dénonce, il condamne, il stimule, il se bat. Il ne laisse rien passer, il est sur tous les fronts et rien ne le décourage. Trublion nécessaire, il donne mauvaise conscience à ceux qui demeurent immobiles, il ne prend pas le monde comme il va, il est un empêcheur, un gêneur, un révolutionnaire moderne. Beaucoup ne l'aiment pas mais moi je l'aime beaucoup. Des êtres qui vivent ne sont pas si nombreux qu'on puisse se dispenser d'apprécier Robert Ménard. Nous manquons trop de personnes qui existent vraiment pour refuser une adhésion forte et sincère à celle-ci. On a le droit de ne pas épouser toutes ses luttes, de ne pas approuver forcément sa guérilla incessante pour le boycott de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques. Je conçois que certains veuillent fermer les yeux, boucher leurs oreilles pour ne plus le voir, plus l'entendre mais heureusement on ne se débarrassera jamais de lui. Donc je persiste. On a besoin de lui. Robert Ménard absent, il aurait fallu l'inventer.
Loin de la médiocre ritournelle de la morale…
Un très beau portrait de lui dans Le Monde par Ariane Chemin. Les journalistes et les intellectuels feraient la fine bouche devant cet «absolutiste de la liberté d'expression». Robert Ménard serait un adepte de la bien-pensance et il devrait apprendre, paraît-il, à «négocier» la liberté de la presse, selon le conseil un tantinet condescendant de Philippe Val. Mais, au risque de déplaire à ses censeurs, je suis heureux que, dans notre société, nous ayons un absolutiste de la liberté, je suis ravi que nous partagions l'humanité avec un citoyen suffisamment fou et enthousiaste pour ne pas «négocier», je suis comblé parce que Robert Ménard est le seul qui ne s'enfermera jamais dans des frontières, celles du monde et les siennes. Ce n'est pas de sa bouche que sortira ce discours lassant sur les atteintes à la liberté qui seraient justifiables puisqu'elles portent préjudice aux adversaires, à ceux qui pensent mal, à ceux qui écrivent incorrectement, à ceux qui parlent contre les canons de la bienséance. Ce n'est jamais dans les propos de Robert Ménard qu'on entendra ce sale petit bruit de la censure, cette médiocre ritournelle de la morale qui prétend étouffer l'intelligence, cette ennemie de toujours, imprévisible et spontanée. La bien-pensance, elle sévit chez ceux qui grignotent et qui brident, chez les prétendus sages qui nous invitent aux clientélismes quand le sort de la démocratie nous sollicite. Ménard, lui, est d'une formidable mal-pensance. L'anticonformiste, c'est lui. De battre, son esprit ne s'arrête pas Au lieu de lui jeter un verre d'eau au visage comme ce pitoyable contradicteur qu'a été en face de lui Arno Klarsfeld, dans l'émission d'Ardisson il y a quelques années, je propose de suivre son exemple, pas seulement pour Reporters sans Frontières mais plus généralement pour le désenclavement des idées et des principes. L'exigence de la liberté doit être détachée de nos humeurs, de nos instincts, de nos préjugés. Même ceux qui se piquent de nous donner des leçons endossent des habits partisans et des costumes conjoncturels. Philippe Val, je ne l'ai entendu plaider pour la liberté d'expression que pour des enjeux faciles et consensuels.
Robert Ménard, il ne s'est jamais tu pour personne. Aucune frontière ne l'a retenu dans son enclos, dans son camp, dans son pays. L'internationale de la terreur, ce n'est pas son genre. Lui, c'est celle de la liberté.

Alors, oui, déroutant, inventif, exaspérant. Mais vivant.

 De battre, son esprit ne s'arrête pas...

 Il ne choisit pas, il embrasse, il embrase. Il est maladroit parce que la prudence et la lâcheté imposent d'être adroit.
Là où Robert Ménard passe, le monde, la société ne peuvent plus dormir à poings, à scandales fermés.
Vendredi 11 Avril 2008 - 00:03
Philippe Bilger
medium_images.14.jpg records.2008  

...RENDRE A CESAIRE... : "... dans le politiquement correct,ça va pas l'faire..."

7d256a8d40ac30bc48862d63d5c89bcf.jpg

...Écoutez le monde blanc
horriblement las de son effort immense
ses articulations rebelles craquer sous les étoiles dures
ses raideurs d'acier bleu transperçant la chair mystique
écoute ses victoires proditoires trompeter ses défaites
écoute aux alibis grandioses son piètre trébuchement
Pitié pour nos vainqueurs omniscients et naïfs !...

- CESAIRE (retour au pays ...)

« ...C'est bien une civilisation entière que l'on tente de faire crever : celle du "blanc" contemporain...on reprend le crin-crin de l'esclavage et on tente de lui coller toute la culpabilité du Monde possible...Merde, que je sache, CESAIRE bouffait confortablement dans la gamelle du "blanc", non?...Prof, maire, député, proche des présidents et de la politique plan-plan,bref de la race des "opprimés",disait-il!(... assez gonflé pour s’en plaindre...N’y avait-il pas plus mal loti que le poète ?...).cette double hypocrisie ralliée à la cause identitaire, communautariste, pour ne pas dire RACISTE, cache une piètre qualité poétique - avis d'experts plus qu'éclairés et nombreux sur ce domaine...QUI faut-il distinguer, l'homme politique ou le poète?...,une lettre d'introduction de BRETON et le voilà  «nègre fondamental»(dixit BRETON…) ..."césairisé", on en oublie que le surréaliste impuissant conseillait de "tirer sur la foule, au hasard...",comme un geste absolu de dévotion à la noble cause de sa poétrie de bas-étage, sanctuarisée par le terrorisme intellectuel issu de 68,transformé dernièrement en mandarinat de l'édition...Puis vint la section idéologique du PC, rattrapage in extrémis et dénonciation de la « Stanalisation »  du parti et de ses "oublis" de l'Histoire(100 000 000(millions) de morts, disparus dans les camps, goulags,  pogroms...),et voilà "Aimé,le mal aimé…" tirer la barre à droite chez CHIRAC, GISCARD, etc ...Mais l’homme blanc européen est «foutu», «nazifié», «exploiteur» :un grand pan de la repentance quémandée, souhaitée, fait son apparition avec Aimé CEZAIRE,SENGHOR…Illusions, prophéties et sentences font leurs apparitions sous formes de pamphlets, poèmes ou les tropes de l’homme blanc sont ridiculisées, caricaturées à l’extrême…A battre la cloche dans les rues de l’anticolonialisme, les résultats risquent d’en être contreproductifs, à n’en pas douter…L’huile sur le feu et l’extincteur d’une providentielle opposition qui n’en demandait pas tant tombent dans l’escarcelle de leur propagande de fond…Mais rira bien qui rira le dernier, les problèmes restent….Et si la patate chaude saute de mains en mains, la question d’une «solution finale » se profile : qu’est-ce qu’on fait du « blanc »?...
Malheureusement, SARKOZY, tout en rechargeant son karcher, renâcle aux sirènes de la reddition spontanée à la "négritude",à la «repentance»,système odieux permettant d’endosser les crimes du passé sur les épaules de la descendance  … -  pas question de considérer les citoyens de la Rép. en spécificités catégorielles! Tous français, ou dégages!...la République,un rempart et peut-être le dernier…Bien vu, mon bon, à l'heure ou le Chinois "accuse"(avec les moyens s'entend...5000 chinois voués au "patriotisme national" dernièrement, sur les Champs, tentent d'agenouiller Robert MENARD, des fois que ce dernier révise sa copie et affirme ne pas avoir vu ce qu'il a vu...Compliqué, mais simpliste pour la bienpensance gau-gauche française.
19ab795a5555d4fd59548484999077f3.jpg

...Gentils noirs et méchants blancs, on a du mal à passer à la couleur...Mais tout ceci vend de la lâcheté et du TGV(en Chine et à bon compte...)pour presque pas un rond. Et si la pirouette finale impose que le Tibétain est un salopard qu'il faut exterminer également, et bien c'est sans complexe qu'on le rajoute dans le panier de la ménagère...Alors je dis, bravo le parti socialiste, bravo le parti communiste. Vive BESANCENOT et sa révo-ethnique, qui nous expliquera que les "blancs" n'ont pas été "bons" dans l'Histoire, et qu'ils méritent de crever EGALEMENT et LEGALEMENT avec les enfoirés de tibétains et de TOUT ce qui se met en travers du communisme international(qu'importe le flacon...).Debout les "damned" de la Terre, foutons CESAIRE au panthéon, pas pour y entrer, mais pour qu'il n'en sorte plus...Malgré quelques reditionnistes (Jaurès, Monnet...),sa place est réservée...Le CRAN demande une plaque, déjà...Tout le circus de la "sociale démocratie" va se mettre en branle, puis suspense,...la dépouille de CESAIRE retourne à la MARTINIQUE, là ou le poète faisait un carton - puis,funérailles nationales à double représentation:samedi la gauche,dimanche la droite(!!!)...pour un universel,drôle d'hommage séparé...un conglomérat d'aigreur lui réserve un bel accueil(quand il s'agit de casser du "blanc" et de caser du "nègre",y a pas d'soucis..),mais ouf, nous voilà sauvé, il n'y aura pas de transcendance panthéonomique mais une reconnaissance ETERNELLE, qui avec SENGHOR avait inventé le concept le plus raciste qui soit...,exemple conchié de la "négritude",l'apanage d'un monde noir et sans partage(PSF :Populisme Sans frontières ni couleur de peau, les POUJADISTES là-bas aussi font leur job…)..."PAINT IT BLACK",chantait les STONES en 66...En 2008,la couche de fond commence à prendre...reste mon poète, bien à moi, Léo FERRE, qui en la matière susurrait ironiquement:
"...je suis un nègre blanc qui se fait chier à bouffer du cirage, parce qu'il en a marre qu'on lui dise "sale blanc"!..."

e78e02bb47bb244503c591eb656d520b.jpg

medium_img475.7.jpg 

medium_images.14.jpg 

records.2008

..EMANNUEL TODD,LE CHIHUAHUA DE JOSPIN... : "...le sinistre avenir d'un pacifisme sous influences..."

MISE EN GARDES :…seront poursuivis IMPITOYABLEMENT en justice,les commentaires à caractères racistes,injures personnelles homophobes et discriminatoires en atteintes à la vie privée…vous n’êtes pas obligés de me lire,de même que je ne suis pas OBLIGE de VOUS lire…Donc,modérez vos propos,ou vos traces d’IP nous mèneront devant les tribunaux…Sachez que,dorénavant,la liberté d’expressions se déroulera conformément à la loi sur informatiques et libertés 1978,réf:2004…Michel REYES 

« …UN DES NOMBREUX ETRONS SERVANT LA SOUPE A JOSPIN, et qui nous apprend ,sans rire,6563a53ed88d9f4b65c20d4ba140b89d.jpgdepuis des lustres le « déclin » de l’Empire américain, comme une arlésienne que l’on ne voit toujours pas venir, trop absente pour ne pas être suspecte de bouffer dans les bauges de MARIANNE, France-Inter et  toute la bien-pensance hexagonale – la pitance de gauche, les tropes d’une opposition, la gelée de cervelles d’une Université crevarde en «avant-garde» qui ressemble de plus en plus à un couvercle de chiotes : ça cache les odeurs ,mais la merde reste en dessous…un de ces chihuahuas qui se rêvait «pitbull»,et avant d’aboyer en remuant la queue sous les jupes de ROYAL, éminent cerbère de la « litté-ratures» finit par exploser en vol face aux questions concrètes d’une Défense Nationale posées chez MOATI, ancien bonzaï de MITTERAND, tenancier affable d’une émission ouvrable à l’heure des bordels – où la putasserie descend dans la rue, après le rot dominical et le p’tit coup à la bourgeoise…Bref, c’est lol sur lol, que le  démostatique démographe dégurgite un pacifisme en berne, à la CHOMSKI, en annonçant crânement son refus de doter le pays ,et accessoirement la Zérope, d’une armée capable de réagir aux attaques de ceux qui réclament à corps décapités411060049667475f4c0c4587a6f92f55.jpg et à cris  étouffés LA DISPARITION IMMINENTE de l’Occident(encore un gros mot lâché dans le « concert des Nations » obèse de soumission…)…Et quand on apprend qu’il faut «discuter» avec les talibans afghans et les descendants de l’immigration, afin de ne pas heurter leur «sensibilité» …A se demander si la Nationalité et l’intégrité parlent de la même chose : la protection d’un corpus «Peuple Européen de l'Ouest» ...En agitant les hardes de l'épouvantail "extrêmeuuh-droââteuh"!,...ET surtout, on se demande qu’est-ce que ça vient faire là-dedans ?... maintenant, et désormais, à l’échelle de la France (un autre gros mot, semble-t’il …),grâce aux efforts redoublés de la VEDRINOSPHERE onusiste munichoise et un porte-monnaie FMI Strauss-Kahnesque de complaisance, nous venons de comprendre que nous dotons le terrorisme international  de DESTRUCTION MASSIVE, plus sympa que l’Anthrax, d’un outil de propagande interne aussi efficace qu’une élection municipale dirigée contre le Président de la République, SEUL(mais vraiment TOUT SEUL…) garant d’une République dont les rogatons d'un KOMINTERN lamellibranche s’acharnent à détruire… la vache, ça fait froid dans le dos !…»

medium_img500.jpg
infos spéciales:Le dernier recueil de Lionel Mazari parait ce mois-ci aux éditions Gros Textes. Il est disponible à l'adresse de l'éditeur:  Editions Gros Textes, à Fontfourane, 05380 Chateauroux-les-Alpes. Son prix public est de 10 euros.medium_img492.2.jpg Vous y trouverez: des textes en prose écrits dans les années 90 et rassemblés sous le titre Journal d'un ange, ainsi que ses derniers écrits sous le titre: J-C Cédille. Un tableau de Michel Reyes représentant Venise orne la couverture. Sont toujours disponibles chez ce même éditeur: les deux précédents recueils: Clam et Cohobe, au prix de 6 euros chacun.
ab20f6617661a4492484e5f71b16998b.jpg
medium_images.14.jpg records.2007

 

...LA LITTERATURE COMME MACHINE DE GUERRE... : "...autopsie de nains sur un faux mage sans tête..."

MISE EN GARDES :…seront poursuivis IMPITOYABLEMENT en justice,les commentaires à caractères racistes, homophobes et discriminatoires en atteintes à la vie privée…vous n’êtes pas obligés de me lire,de même que je ne suis pas OBLIGE de VOUS lire…Donc,modérez vos propos,ou vos traces d’IP nous amèneront devant les tribunaux…Sachez que,dorénavant,la liberté d’expressions se déroulera conformément à la loi sur informatiques et libertés 1978,réf:2004…Michel REYES

1dc1f0606f304bfe5f82cf1786071d7f.jpg

MAURICE G.DANTEC :…« …Le texte « la littérature comme machine de guerre », que je désirais au départ vous exposer en préliminaire, a été écrit au début du siècle. Si j’avais pris la décision initiale de le présenter c’est qu’il m’a servi à l’époque de bilan pour le travail spécifique que j’avais essayé d’accomplir en tant qu’écrivain, durant la décennie précédente, mais en fait, plus qu’un acte terminal il s’agissait d’une « plate-forme » susceptible de m’aider, précisément, à « dépasser » les limites que je percevais alors à peine dans l’herméneutique deleuzienne, tout en sachant fort bien que pour « dépasser » quoi que ce soit, il faut au minimum se maintenir à sa hauteur, en tout cas en termes d’exigence.Ainsi, il me permettait de concevoir mon regard sur ma propre production passée non pas comme l’archéologie d’un monde mort, mais comme la mise en mouvement d’une pensée qui me serait singulière.
J’ai néanmoins décidé d’agir différemment et de décrire, à l’heure d’aujourd’hui, sept années plus tard, là où cette « plate-forme de lancement » m’a propulsé, tout en remontant au point d’ignition originel, quand la mise à feu a eu lieu.Lorsqu’on m’a demandé de participer à ce cycle de conférence de l’Acfas j’ai immédiatement accepté. Trop vite, peut-être.Il m’est rapidement apparu qu’en tant qu’écrivain il me serait parfaitement impossible d’écrire quelque exégèse que ce soit concernant Gilles Deleuze et son travail. Non pas que ce travail soit abstrus, et incapable d’être explicité, ni même parce que je ne suis pas un universitaire, un analyste littéraire, un critique. L’objection principale tient en ce que je suis, par conséquence, un praticien. Un praticien de la littérature : ce qui signifie que je suis un vampire. Je me nourris insatiablement de tout ce que le Monde Créé est en mesure de m’offrir, et je ne suis pas en reste concernant les domaines de l’Invisible.Je ne peux donc que très difficilement parler de Deleuze parce qu’en fait, comme bien d’autres victimes de mon cerveau-estomac, c’est Deleuze qui, parfois, parle en moi. Je l’ai dévoré, digéré, métabolisé, sans la moindre métaphore, et de fait il s’est retrouvé mêlé à une foule d’âmes qui n’ont eu de cesse, je pense, de le surprendre, comme Léon Bloy, Joseph de Maistre, Hans Urs Von Balthasar, Sainte Thérèse d’Avilà, ou Bernanos, mais aussi des proches : Kafka, Nietzsche, Pasolini ou Duns Scot.je ne peux parler de Gilles Deleuze que comme d’une machine littéraire de 3e espèce. Je ne peux parler de Deleuze que comme singularité des singularités, ce qu’il a été dans ma vie, et ce n’est pas un hasard, dieu stupide auquel je ne crois pas, si l’on peut, me semble-t-il, le « cataloguer » comme le grand philosophe de la singularité au XXe siècle.Aussi ce que je peux dire de Gilles Deleuze et de son travail c’est le récit singulier de ma « rencontre » avec cet être, et ce devenir, ce que je peux essayer d’évoquer c’est comment la réalité se détecte à quelques signes aux limites du visible : philosophe de la singularité, au milieu d’un monde qui avait évacué la toute première d’entre elle, Deleuze ne fut pas une « influence philosophique » pour moi, il fut une rencontre frontale avec le réel, sans apport de la moindre dialectique, il fut une collision, à distance, dans le temps et l’espace, entre deux cerveaux et donc probablement l’émergence d’un troisième « organe » à leur (dis)jonction inclusive.

294e8b22218129fdaf2c2fe8244adb0f.jpg

(w.burroughs)

Diagramme diachronique :

1975 : Heldon, Nietzsche, Philip K. Dick. En 1975, j’ai seize ans, je viens de découvrir Philip K Dick, Burroughs et Ballard, pour ne citer qu’eux. Je commence tout juste la lecture du Gai Savoir, trouvé dans la bibliothèque maternelle, avec Ainsi parlait Zarathustra. C’est le moment où la culture hippie se voit contre-attaquée par la réaction punk, retour à l’énergie sonique de l’électricité, glam plastique, antinaturalisme, utilisation machinique et militaire de l’électronique. Je tombe sur un album nommé « Electronic Guerrilla », référence directe à Burroughs, le nom du groupe : Heldon, est tiré d’un roman de Norman Spinrad, « Rêve de Fer ». Un des titres est visiblement influencé par « Ubik », de Dick. Au dos de la pochette, des aphorismes d’un certain Klossowski, une phrase d’un certain Gilles Deleuze, et le titre « Le Voyageur » tiré de Nietzsche, lu par ce Deleuze sur fond de mur électro-acoustique. C’est le nexus primordial, où tous les éléments, sans être forcément actualisés, sont cependant co-présents.

1977 : L’Anti-Œdipe.
Lecture cataclysmique. Enfin une authentique « critique » du capital et de la technosphère qui ne doive rien à Guy Debord et sa clique, pas plus au marxisme orthodoxe, ou aux sinistres requiems de l’extrême droite socialiste, ou de l’extrême gauche nationaliste, sans parler de leurs pathétiques hybris. La lecture de l’Anti-Œdipe en cette année plus que singulière, initiée par la découverte de Deleuze à travers l’expérience du rock’n’roll, ne tient pas non plus à je ne sais quel effet de coïncidence liée aux lois de la stochastique. Alors que les concepts mutants de l’inconscient machinique et du corps sans organe font l’effet d’une déflagration dans mon cerveau d’adolescent tardif, la musique initiée par Richard Pinhas prend sa forme définitive au cœur d’un contre-mouvement productif qui décide de plonger le monde de la musique électrique dans sa propre vérité : sidérurgie sonique passée au générateur nucléaire, punk-rock/cold-wave, la déferlante ne vient plus d’un point localisé, San Francisco ou Liverpool, elle est déterritorialisée d’emblée, elle surgit simultanément à New-York, Londres, Paris, Bruxelles, Berlin. En ces années où le nihilisme et son cortège d’absurdités criminelles, et terriblement inesthétiques, semblait avoir englué à jamais les esprits, ces quelques mois de 1977 où la collision eut lieu allaient probablement déterminer tout le reste de mon existence. Une mise en perspective désorbitante de la machine inconscient et de la machine sociale, du corps-cerveau et du monde-organe, la redéfinition des concepts de territoire, de carte, de diagramme, de programme. Une redéfinition de l’homme, comme tension infinie entre Un et Multiple, une redéfinition du capital comme échange non plus « symbolique » mais réel entre les machines de l’inconscient schizoïde et celles de la Technique-Monde, entre les processus des configurations sociales et la définition asilaire du malade mental. Une sorte de scholastique non théiste et pourtant non dialectique, imprégnée de la phénoménologie d’un Husserl, mais aussi, nous le verrons, de concepts fondamentaux remontant à la patristique la plus haute. Quelque chose était en train de se produire.

c5b287f98754ef1fb10126e3fd9d3492.jpgdeleuze




1980-1990:MILLE PLATEAUX,IMAGES MOUVEMENT,différence et répétition...Les années 80 sont les années du Mitterandisme, des idéologies néo-humanistes, de la grande illusion culturelle et de la récupération, plutôt efficiente, des œuvres de Gilles Deleuze pour des « causes » politiques diverses. C’est l’époque où, dans la solitude des vrais penseurs, Deleuze s’oppose violemment à Foucault et Derrida au sujet de la «Palestine», conservant avec le Peuple de l’Ancienne Alliance une complicité intellectuelle et sans doute historique que d’aucuns taxeront très vite de « sionisme », autant dire « fascisme », mais qui me semble quant à moi évidente quand on le lit sans les lunettes des nouvelles orthodoxies : Deleuze, comme Spinoza, est un excommunié potentiel. Ni matérialiste ni idéaliste, on essaiera sans trop de réussite de le caser avec les déconstructionnistes, tout comme avec les constructivistes, alors que sa pensée est perpétuellement en mouvement, et qu’elle échappe de fait à toute prison dogmatique universitaire.À cette époque, Deleuze disparaît par intermittence de mon écran radar. Je continue de le lire mais je suis en train de traverser la première époque du chômage à grande échelle, du rock devenu politiquement correct et subventionné par l’État, de la violence urbaine, des drogues dures, du sida. Après avoir été un prolétaire de la musique, puis de la publicité, la 1ere Guerre du Golfe me précipitera dans les bras de l’oisiveté et de la dépression, c’est à dire dans ceux de la littérature.

1997-2000 : Heldon/Richard Pinhas.
En 1997, un après midi de printemps, je reçois un étrange coup de téléphone. Dans un premier temps, je crois même à une blague. Un certain Richard Pinhas demande à me parler.
Richard Pinhas est l’homme qui a fondé Heldon en 1971. C’est lui qui a travaillé avec Spinrad, Dick, et Gilles Deleuze ! Il vient de lire les Racines du Mal, me dit-il, il pense que nous avons au moins des choses à nous dire. Plus de 20 années ont passé entre mon écoute de son premier album et ce jour particulier.
S’ensuivra une rencontre qui, telle la collision entre deux engins volant à haute altitude, nous conduira, chacun, et ensemble, sur une trajectoire balistique qui nous poussera à redéfinir notre rapport à Gilles Deleuze, à la littérature, à la musique, au concept de machine, d’individu, à la notion même de pensée. L’album d’Heldon, « only chaos is real », auquel je participai avec Norman Spinrad, fut le moment d’ignition de la fusée. Il fut conçu par Richard comme le dernier de ses disques à paraître sous ce nom. Acte terminal, il était surtout un acte refondateur.
Il s’ensuivra un projet singulier qui consistera non pas à « mettre Deleuze (et Nietzsche) en musique », mais de faire de cette musique le « reboot » de leurs théories. Pas même un analogon, mais une REPRISE.

a39ad33b937316526b326fc69c69aa4f.jpg

michel REYES:(1992- hommage à VAN GOGH)81X100cm.Paillettes,huile/s/toile.

...1999-2003: Schizotrope fut l’émergence d’une singularité à la (dis)jonction opérée par Richard et moi. Un mur de boucles électroniques, produites par une guitare passant au travers d’une série de processeurs sonores, créait en quelque sorte le « corps plein », en mutation métastable, du texte que je serais amené à lire. La voix se devait d’être non pas le vecteur rationnel du signifiant, disons pas uniquement, et même : surtout pas avant tout, car comme dans toute véritable aventure de rock’n’roll elle serait considérée comme un instrument parmi les autres, une source sonore intégrée à la machine, comme les autres. La voix, la Parole, créerait l’injection des machines littéraires sur le corps plein du son-cosmos. La musique-corps électrique, la voix-machine humaine, tout était là. Il était hors de question que nous produisions une sorte de pensum scolaire vaguement accompagné de musique techno. Nous avons expérimenté plusieurs formules musicales en trois albums, entre 1999 et 2003. Chaque entreprise n’était animée que par un seul but : non pas « illustrer » d’une manière ou d’une autre les textes de Deleuze qui seraient lus, mais faire de cette « machine de troisième espèce », humano-machinique, cyborg, audiotextuelle, une authentique reprise de ses théories, comme centre pivotal de tout ce qui serait produit.

d94d46d150d850ea45182328952e7022.jpg
2000-2004 : Le Christianisme, la Patristique, Duns Scot, Heidegger/Nietzsche. Je me suis fait baptiser le 16 février 2004 selon le rite apostolique et romain. Cet acte est venu clore un chemin, qui aura duré vingt ans, pour en ouvrir un autre qui pour nous – chrétiens - n’a pas de fin en soi. Étrangement, alors que je plongeais dans l’étude de la haute patristique, Richard redécouvrait de son côté les merveilles de la Kabale juive, qu’il avait probablement rejeté durant un temps, sous l’influence de l’époque post-soixantuitarde dont il est issu. Par contrecoup, je me suis mis moi aussi à approfondir ma connaissance des textes pseudépigraphiques juifs et de son côté Richard a commencé à s’intéresser à Duns Scot. Certes, le fait que Gilles Deleuze, tout comme Heidegger, se soient intéressé à ce scholastique écossais n’est pas pour rien dans ce choix liminaire, mais commencer par Duns Scot n’est pas la plus mauvaise introduction qui soit aux Mystères de l’Incarnation, de la Trinité et donc de la singularité, problématique qui se trouvait précisément au cœur du projet Schizotrope, parce qu’il était au cœur de celui de Gilles Deleuze.

Diagramme synchronique.
Ce plan diachronique permet de passer aussitôt à la forme synchronique qui va aider à comprendre en quoi ma rencontre avec le philosophe ne tenait en rien à une série de coïncidences mais bien à la formation tectonique d’une structure absolue, pour reprendre Abellio, dont la cohérence tenait dans une dynamique sans cesse recommencée entre différents pôles d’un quadrant où Musique, Littérature, Machines, Organes se voyaient répercutés en autant d’échos que de points de vue ontologiques sur ce processus qui voyait le jour. Richard Pinhas fut le premier musicien de rock électronique français pour ne pas dire du monde. Ami et élève de Gilles Deleuze, vers 1970 il est destiné, après son doctorat, à une carrière universitaire d’élite lorsqu’il décide d’empoigner le manche d’une Gibson Les Paul et d’expérimenter les tous premiers synthétiseurs du marché. Cela ne l’empêchera pas de poursuivre sa relation amicale et intellectuelle avec le philosophe jusqu’au décès de celui-ci, comme avec l’écrivain américain Norman Spinrad, par exemple. Tout en Pinhas le connecte à la littérature, son goût de la lecture en premier lieu, ses relations avec les écrivains et les philosophes en second, mais surtout la constante interaction qu’il lui a fait jouer avec sa production musicale. Comme je l’ai indiqué, Heldon est un nom tiré d’un roman de Norman Spinrad. Ses premiers albums comportent des références directes à Philip K. Dick, à Nietzsche, ou Pierre Klossowski. Ainsi, bien sûr, qu’à Gilles Deleuze. Mais il ne s’agit pas ici d’un simple travail de citation référentielle. La facture même de la musique de Richard est empreinte, durant toute cette époque, et jusqu’aux plus récentes de ses productions, des théories deleuziennes sur la différence et la répétition, comme sur les rapports entre schizophrénie et capital, inconscient machinique, corps sans organe, monades de Leibniz, infinité naturelle de Spinoza, surhomme comme momentum actualisé de l’Éternel Retour nietzschéen. C’est pourquoi, là encore, rien n’est dû au hasard lorsque, dès 1971, sur son premier album, Richard Pinhas, avec 30 ans d’avance, fait lire, par Deleuze lui-même, sur accompagnement de rock électronique, un texte de Nietzsche, « Le Voyageur », qui entrera ainsi pour toujours dans le monde de la musique de l’ère post-atomique. En ce qui me concerne, je pourrai affirmer que je suis comme une forme invertie de celle représentée par Richard, je me trouve sur l’autre pôle de la singularité. Mais c’est de notre mise en rapport qu’est né, peut-être, ce troisième cerveau que j’ai évoqué plus haut. Peut-être n’est-il pas surgi de la confrontation directe entre le mien et celui de Deleuze, sans besoin de médiation d’aucune sorte on peut envisager que c’est de la collision entre les deux pôles, entre Richard-Pinhas-le-musicien et Maurice-Dantec-l’écrivain que cette forme a pu jaillir. Et cette forme, cette nature, cette personne, c’était justement la singularité même du philosophe, c’était ce qui le dépassait lui même, ce qui se tenait constamment au-delà de lui, c’était sa propre pensée en mouvement, sa Parole en Acte. Je suis un écrivain et comme je l’ai expliqué c’est à l’âge de 16 ans que je découvre Deleuze par Heldon, donc par Pinhas, et que j’entreprends parallèlement la lecture de Nietzsche. Quelqu’un a prononcé le mot « hasard » ?
6c38991f9927785fc0b9b4b615713588.jpg

À la différence de Richard je n’ai jamais rencontré Deleuze que par ses ouvrages, et grâce à une simple pochette de disque.J’ai abandonné l’université, comme lui, mais au bout de la 1ere année ! Pour me lancer, tout comme lui dans l’aventure du rock électronique, version punk, à partir des années 77-78. Cette aventure était déjà pour moi terminée lorsque Richard entamait sa 15e année de carrière dans la musique.Notre rapport de polarité n’est donc pas une inversion simple, l’inversion est intensifiée et se voit donc soumise à des forces qui l’empêche de rester une simple figure géométrique statique. J’ai été musicien, comme Richard, mais dans des conditions et des époques radicalement différentes. J’ai connu Gilles Deleuze, mais sans l’avoir jamais approché. Richard est docteur en Philosophie, je suis un kamikaze autodidacte. Tout comme Richard l’a fait pour sa musique, j’ai intégré certaines des théories du philosophe comme matériaux actifs de ma narration. Lorsque notre rencontre s’est actualisée, bon nombre de nos convictions originales ont volé en éclat. Nous sommes bien des polarités : ce qui nous rassemble nous disjoint, ce qui nous divise nous réunit.
C’est de ce processus même que put naître un projet comme « Schizotrope »… »

962663facd5fa57456508aa3e9403a54.jpg
medium_img500.jpg
infos spéciales:Le dernier recueil de Lionel Mazari parait ce mois-ci aux éditions Gros Textes. Il est disponible à l'adresse de l'éditeur:  Editions Gros Textes, à Fontfourane, 05380 Chateauroux-les-Alpes. Son prix public est de 10 euros.medium_img492.2.jpg Vous y trouverez: des textes en prose écrits dans les années 90 et rassemblés sous le titre Journal d'un ange, ainsi que ses derniers écrits sous le titre: J-C Cédille. Un tableau de Michel Reyes représentant Venise orne la couverture. Sont toujours disponibles chez ce même éditeur: les deux précédents recueils: Clam et Cohobe, au prix de 6 euros chacun.
3ef66e23311b70808f14f2b4a88b5d28.jpg
medium_images.14.jpg records.2007

30 mars 2008

...LE VERNISSAGE DU PORTRAIT DE PIERRE GUIRAUD... : "...protéger la couleur..."

3f53a36479fac0378c7c83cb4a93c92b.jpg
-        …hier soir,j’ai préparé le vernis…passage délicat…
aac05c14466a3916c9cbf9afe42fc8ea.jpg
-        …ou ça trépasse …(tout le boulot en amont foutu en l’air…)
2ca2f41b8ba6c950bb8e5462a7a88a1f.jpg
-        …ou ça se passe TRES bien !(ouf…)
f537f4f4ae9152a83127b136adcec2ec.jpg
-        …je la trouve magnifique,rutilante…
41c6dc78e477f1b0e9de3db0bdb0b1dd.jpg
-        …faudra que j’apprenne à sourire,un jour…
b85f5f58fb9f713ca89e112460e70e3b.jpg
-        …vous êtes toujours là ?...
f60f064d2923d16eacb51dc16c0e4970.jpg
-        …y a pas une très bonne lumière aujourd’hui…
96f461ac925bc6256c355fea71c4049d.jpg
-         …quelques petits détails…
00cf74c840997449d618f6aff5dcaa0b.jpg
-        …de caractères !...
718a74f4f66168f9fc27e9c033feea3e.jpg
-        …et voilà,c’est fini…
medium_img475.7.jpg 

medium_images.14.jpg 

records.2008

18 mars 2008

...LE CHIFFRE DU RMI A BAISSE DE 8%?...OUI,BEAUCOUP SONT MORTS DEPUIS......

b5ff6fc1e65e9ab97725f55867ee177d.jpg

medium_img475.7.jpg 

medium_images.14.jpg 

records.2008

16 mars 2008

..."LES AGNEAUX GISENT SUR BROADWAY".... : "...GENESIS:The Lamb Lies Down On Broadway..."

8a6ff488c1a6af35d323e618f82261b7.jpg
 …the lamb lies down on broadway…
Avant-propos: …  «The Lamb Lies Down on Broadway»,double album concept enregistré d’Août à Octobre 1974 et publié en Novembre par le groupe de rock britannique GENESIS…C'était leur sixième album studio, et la dernière participation du chanteur Peter Gabriel…94’22“ d’intensité, de sophistication sonore et de coloration «pop» rarement atteint par les groupes de ces années-là, à part les BEATLES avec leur «SERGENT’S PEPPER LONELY HEART CLUB BAND»(1967)6443ddaaa6fbcfa9947e89b571f52375.jpg,mais déjà d’une décennie antérieure…Le terme de « chef d’œuvre » relève d’un pur euphémisme!...Et quand il y a chef d’œuvre, il y a prophétie. Jetons-y un œil, please…d0290efe0426774d567c65c0938ff417.jpg

 

…«LES AGNEAUX GISENT SUR BROADWAY»(traduction littérale)…Nous sommes en 1974. GENESIS s’était déjà fait remarqué avec “Selling England by the Pound”,«Tresspass» et un certain goût pour la théâtralité de leurs concerts …Déjà des clones de la GENESE, en France, comme le groupe ANGE pige de suite la portée du phénomène et s’engouffre dans la brèche …Ils tireront la vache par la queue et leur révérence, non sans avoir eu, au préalable, plus qu’un succès d’estime. Bel effort, mais GENESIS continue d’être GENESIS et THE LAMB enfonce tout ce qui a existé dans l’histoire de la rock-music…Les cinq musiciens virtuoses accompagnés d’innovantes machines comme le MELLOTRON, les synthés MOOG,ARP dégomment la planète avec 100 représentations toutes plus performantes les unes que les autres – à signaler le mixage et les bidouillages subtiles d’un véritable sorcier des sons : Brian ENO …L’ange GABRIEL a imposé sa poésie hyper-complexe, et à plus d’un titre symbolique …9af39c3caef1376e358e85dd2a6e1e1b.jpgUne secte, en mal d’inspiration, reprendra l’éponyme de RAEL pour vendre ses salades. Et  avec «les agneaux gisants sur BROADWAY»,on ne peut pas ne pas penser aux attaques du 11/09 par des intégristes religieux sur la ville de NEW-YORK, mégapole et théâtre des opérations, autant bien musicales que «melting-pot» du genre humain moderne, où toutes les races confondues vivent la BABEL des temps mécaniques …mais comme nul n’est prophète en son pays, pas plus qu’il ne l’est dans celui des autres,et avec ses 34 ans d’avance sur tout le monde, THE LAMB va signer l’arrêt et l’épuisement de Peter GABRIEL(pour des problème personnels, nous dit-on),au sein de GENESIS ;et le chanteur va quitter le groupe, mais finir la tournée de l’Agneau..Et tout ceci se passera en bonne intelligence avec les autres membres de la troupe…Mais revenons à notre «mouton», dont le concept initial serait du à un projet contrarié du guitariste HACKET de reprendre «le petit prince» de ST- EXUPERY, et qui heureusement n’a pas vu le jour…Et je soupçonne une forte colère de GABRIEL pour contrecarrer l’affable projet en imposant THE LAMB, pour l’écriture, et un renoncement aux «babacooleries» d’HACKET,dont la carrière solo en endormira plus d’un…
13536e68696414cd1caf5cd0847d99b5.jpg
LE SILENCE DES AGNEAUX?...
...OUI,mais dans le dyptique mystico improbable de la Génèse et de GABRIEL(à savoir s’ils l’ont fait exprès ?...)il existerait donc  un Méta-New York parallèle, étrange et inquiétant. On y entre(et là,je ne peux que me référer au site http://www.progtheater.fr/the-lamb-lies-down-on-broadway-...) un peu par hasard, et moultes péripéties nous entraînent dans une aventure extraordinaire: il se peut alors qu’on se retrouve prisonnier d’une cage, que l’on voit défiler la parade ou encore que l’on tombe nez à nez avec les étranges tapis rampants(CARPET CRAWLERS). Il se peut AUSSI que l’on rencontre l’étrange anesthésiste ou encore que la mystérieuse LAMMIA vous fixe d’un regard enchanteur…ec38fa21d4cbdf3bfd944f0ce30aaec0.jpg

 

"The Lamb Lies Down on Broadway", c est avant tout un album concept. C’est à dire une histoire, qui se compte en 23 chansons. Celle de RAEL, jeune délinquant portoricain, immigré à New York qui passera dans un travers dimensionnel complexe, un autre Broadway, affrontant mille dangers , luttant avec sa conscience et son “moi” le plus profond, subissant son destin et étant maître de celui de son frère, John, pour lequel il devra faire un choix bien cruel : “rester à jamais prisonnier de ce New York mort , de ces “Carpet Crawlers”, de cette inquiétante cage et ainsi sauver mon frère, ou l’abandonner pour la liberté”.Ne cherchez pas ici quelle critique pourrait-être fait de telle ou telle chanson. Ces 23 chansons s’enchaînent magistralement, avec un brio qui n’est plus à démontrer. Il n’y en a pas une qui vient gâter l’album. Elles se complètent toutes, dans une harmonie qui est telle qu’on éprouve plus de plaisir à écouter et découvrir cette merveille en prêtant l’oreille de la première à la dernière dans l’ordre plutôt qu’en les écoutant à part. Ainsi c’est dans son ensemble que cet album prend toute son ampleur…C’est une histoire, racontée en musique et en paroles. Une histoire merveilleuse, troublante, envoûtante et renversante.Plus qu’une histoire : un rêve, compté avec lyrisme et puissance, distillant de l’émotion à l’état pur tant la musique semble compacte. On en oublie que ce sont 5 musiciens : on n’entend qu’un son global, que le mot “parfait” servirait à caractériser dans une juste mesure. Car oui, The Lamb Lies Down on Broadway est un rêve. Celui entrepris par Peter Gabriel, et qui est réellement un pari insensé. Pari totalement et à jamais réussi. GENESIS à ce moment là n’a jamais sonné aussi sombre et frôle le génie baroque. Cet album marquera, hélas, la fin d’ une épopée qui n’a pas su, ou vu, le télescopage dégrationnel annoncé…
d62c61c95e4e40fed6fd0ab269af382f.jpg
Cet album est aux yeux des amateurs du groupe et plus notamment de la formation complète (Peter Gabriel, Phil Collins, Steve Hacket, Tony Banks, Mike Rutherford) le meilleur album concept seventies – TOMMY des WHO,ébauche du gigantissime QUADROPHENIA,n’en dépasse la barre QUE d’un succès hype et arty…,le meilleur album du vrai GENESIS est un album d’une richesse et d’une complexité impressionnante qui en font le summum de l’expressionnisme musical popu-rock. Il faut, pour entrer dans ce délire “Génésien” comprendre le but du rock progressif de GENESIS, écouter et réécouter, essayer d’entendre chaque détail de chaque chanson. Alors seulement apparaît le génie et le travail colossal qu’entreprit ce groupe qui est, de nos jours, »passé » à autre chose…
2aec887d0dde68a553c24e96f1da7b38.jpg
…Indispensable à toute personne désireuse de connaître le vrai GENESIS ou, désireuse d’avoir entre ses mains une œuvre magistrale, poétique et unique. Vous ne verrez sans doute plus les rues de New-York comme vous vous les imaginez après écoute… Il arrive des fois que la vie prenne un sens , que l’on lui découvre un but…dans certains cas, tout commence avec un agneau gisant sur Broadway Est-ce un début, où bien notre fin ?...Si nul ne peut saisir la puissance d’un poète, on peut  toujours, intuitivement, en saisir la portée…
71a421ab23705018324fa0b118102e6a.jpg
…et en petit cadeau,histoire de vous mettre l’eau à la bouche,…voix éraillé,déferlement rock’n’rollien…,un extrait de THE LAMB : « BACK IN N.Y.C »,qui ouvre la deuxième face de l’album(cliquez sur le pod cast…)-5’44.
podcast
aprés?...suspense!...

medium_img475.7.jpg 

medium_images.14.jpg 

records.2008 

01 mars 2008

...Lionel MAZARI,"les nuits blanches" de Dostoïevski... : "...…en spectacle du 29 Février au 2 Mars 2008 au Divadlo Théâtre à Marseille…"

49457a567d8500d2a88922f059471ede.jpg
« …Je connais Lionel depuis un bout de temps,…et selon l’actualité, il apparait souvent sur ZE BLOG.J’ai même eu la chance de collaborer avec lui sur un de ces projets : «poèmes en douce»...Résidant dans notre région pendant quelques temps, j’eus l’occasion d’assister aux spectacles, lectures publiques, et même de lire ses textes et recueils de poésies…  «ESCURIAL»,« IDYLLES ET CERISES… », «LE LIEVRE DE VATANEN»,etc…Acteur depuis 1999, Lionel MAZARI a joué dans:  «Le Diable au Corps», de Raymond Radiguet. «Tartuffe» de Molière.«Mais n'te promène donc pas toute nue» ,de Feydeau. «Zadig»de Voltaire . «Le malade imaginaire»,Molière.«Candide»,«Le rouge et le Noir...», et j’en passe ! ...et ce qui me frappe à chaque fois, c’est son extrême aisance de la scène, l’ultra-limpidité des textes retrouvé, et le ludisme engagé avec ses camarades de jeux :une pointure !...L’homme dégage une réelle humanité ainsi qu’une profonde culture boullimique,à laquelle il est contagieux de se frotter… Nul ne peut être insensible à son jeu d’acteur, ni à l’acuité de ses défrichages textuels  et de ses mises en lumière…il n’y a qu’un mot pour cela :la passion …En ces temps de disettes culturelles, cette folie lumineuse fait du bien …Je ne sais plus qui disait que « l’absence de culture n’engendre que des monstres »…De plus, les coups de gueule épistolaires(la série des « Simonie »…) que nous partageons sont loin d’être fortuits…A L’occasion des «nuits blanches»,et par téléphone, e-mails interposés, je lui ai demandé s’il accepterait le jeu des «questions-réponses».Allons-y !... »
1-..."LES NUITSBLANCHES",est-ce que tu peux m'en dire deux mots,globalement?...
"...j'ai souhaité adapter et mettre en scène la nouvelle de dostoievski en raison de l'émotion que sa lecture avait produite sur moi au temps de mon adolescence. Cette proposition de spectacle se situe dans la lignée de deux de mes précédentes réalisations: "la chanson du mal aimé" d'apollinaire  et "un amour en enfer" d'après le roman audessous du volcan de malcolm lowry. C'est  la plus théâtrale de cette trilogie que j'ai consacré au sentiment amoureux."

> 2-et sur l'interprétation que tu fais du narrateur?...

"... Ce qui m'a intéressé avant tout c'est de restituer l'émotion de cette lecture. La question de savoir s'il s'agit d'une oeuvre vraiment sentimentale ou d'une satire de ce genre ne fait guère écho en moi, car à la lecture j'ai trop été sensible à l'histoire et au style pour me la poser. Par ailleurs ce problème est apparu tout naturellement sur le plateau à un certain moment des répétitions du spectacle, et il s'est avéré que jouer autre chose que la sincérité de cette rencontre entre deux personnage étouffait la tension dramatique et l'intérêt profond de l'oeuvre. Roman sentimental, rempli d'amertume sans doute, mais à mon sens certainement pas satire pur et simple. Le style et la personne même de dostoievski d'après moi y résisteraient trop. A cause de cette obsession qu'il ya chez lui à rechercher en chaque être une étincelle d'amour."

> 3-sur dostoïevski...comment tu le situes dans la littérature,?..

 "...Don quichotte de Cervantès qui était censé être une parodie du roman picaresque a transcendé ses contre-modèles pour finalement s'imposer comme le fleuron du genre; la même choses se serait-elle produite pour "les nuits blanches" qui représente à mes yeux le plus bel exemple de la littérature sentimentale? Peut-être! mais encore une fois: je ne me suis même pas préalablement posé la question..."

> 4- et ta partenaire,nastenska?...

« …Pour les personnage, j'ai donc souhaité travailler dans le sens de la sincérité, et plus sur la personne que sur les archétypes amoureux; il s'agit de la rencontre réelle selon moi de deux individus, même si dans la nouvelle le personnage féminin n'existe que par ce que nous en dit le personnage masculin qui est à la fois le héros affecté par son souvenir et le narrateur. C'est pourquoi, j'ai préféré proposer un jeu basé sur un registre réaliste, avec des personnage qui ont une rélle épaisseur psychologique et ne sont pas qu'un caractère, et auxquels les comédiens ont eu tout le loisir de s'identifier pleinement. »

da3bde346d19e350716ec7849eb4a1ee.jpg

> 5-la mise en scène...

"...J'ai réservé par exemple à la mise en scène l'éclairage de cet aspect romantique des personnages et en particulier du personnage féminin qui n'est peut-être qu'une reconstructon idéale du narrateur plutôt que de demander aux comédiens de l'inclure dans leur jeu. J'ai voulu qu'ils aient ainsi une plus grande liberté d'interprétation et de création de personnage sans avoir à se soucier du fantasme romantique (satirique ou pas peu importe) dans lequel baigne la nouvelle."

> 6-à la base de cette mise en œuvre, quelle est la volonté qui anime la pièce ?...

"...En ce sens ce spectacle est aussi une rencontre d'acteurs, qui vont raconter une belle histoire juste en la vivant sous nos yeux. La comédienne Morgane Plumelle avec laquelle j'ai joué à plusieurs reprises sous la direction de Frédéric Ortiz au Théâtre Off (Candide, Zadig, Le malade imaginaire) et moi même avons travaillé avant tout notre jeu dans ce désir d'offrir au public une histoire qu'il croira vraie et qui le touchera et qui pourra remonter en lui comme un souvenir personnel ainsi qu'y parviennent parfois certaines oeuvres. Comme c'est pour moi le cas avec les nuits blanches de dostoievski...voilà michel, je crois avoir répondu à l'essentiel de tes questions sur cette pièce; on y retrouve mon goût littéraire pour la restitution sensible du souvenir en ce qu'il crée souvent en nous comme une impression d'éternité - et là je crois que le peintre autant que l'homme en toi me comprendra; et en ce qui concerne le théâtre, mon goût pour un jeu direct et impliqué qui fait en même temps la part belle à la composition.à bientôt amitié lionel."

…merci à toi et bon courage…Allez-donc voir,si vous passez par MARSEILLE, "Les nuits blanches" de Dostoïevski avec Morgane Plumelle et Lionel Mazari. A Marseille, vous pourrez voir cette pièce de théâtre adaptée du roman les Vendredi 29 Février et Samedi 1er Mars 2008 à 20h30 et le Dimanche 2 Mars 2008 à 18h30 au Divadlo Théâtre 69, rue Sainte-Cécile 13005 .  Réservations: 04 91 25 94 34.

medium_img475.7.jpg 

medium_images.14.jpg 
records.2008

Ce même week-end Samedi 1er et Dimanche 2 Mars 2008 en journée Lionel Mazari animera un stage d'interprétation "Dire en scène" au Divadlo Théâtre. Renseignements: 04 91 25 94 34 

21 février 2008

...QUAND LA TELEVISION PHAGOCYTE LE GROUCHOMARXISME,CELA DONNE... : "...riposte..."

b99121e2c6fdc94467c22870ca3d52ce.jpg
 … Une émission mittéro-déférente de Serge MOATI, avec les intervenants du parti de la télévision comme le facteur BESANCENOT, dit POUPON-LA-POSTE et son perroquet-scribouillard, porte-plume du parti de la communication - surtout quand ils disent aux autres de la fermer! …D’autres invités-surprises, sauf le cadavre du peuple, que ces braves partisans consanguins n’ont pas manqué de piétiner, en parlant en son nom tout en évitant de préciser ses choix, et en l’occurrence le « NON A LA CONSTITUTION EUROPEENNE » …Tous ces braves gens ont fait comme si le référendum n’avait jamais existé …3840edc8eae20e6aad805d30d2b8a850.jpgL’émission « RIPOSTE » devrait se rebaptiser « REPUTES » …Le GROUCHOMARXISME affiché pousse l’outrecuidance jusqu’au prosélytisme pro-fédéral de l’Europe, que les peuples concernés ont rejeté MASSIVEMENT…Le fer de lance de la putasserie blablateuse est que la fin des charniers débouche OBLIGATOIREMENT sur cette nouvelle URSS tyranique …La vérité historique, foulée du pied, n’a pas l’air de gêner les revo-pipolos et MOATI ,qui de ses phantasmes les plus tortueux verrait bien le facteur trostko prendre la relève du moribond PS …Ce dernier fait pourtant des efforts constants en léchant le cul des parlementaires sénateurs-sécateurs pour re-ramener le bon peuple dans la voix du «OUI-OUI»…,mais que voulez-vous que la bonne y fasse si l’enfant ne veut pas téter ?...
561d27830551f6d24429927a17c9d465.jpg

...REIGN OVER ME... : "...l'arrière-salle du 9/11..."

848f459ea21ef200fed5e7e15b542344.jpg
« …sur le lissage du 9/11 yankee, beaucoup de cloportes-critiques du cinéma nombriliste occidental ont cru, comme bon leur semble, assurer du mépris quasi-unanime - leur fond de commerce… - sur cet étonnant film «REIGN OVER ME»,d’où le titre-extrait d’un «opéra-rock»(oui, je sais ,les bobos conchient la culture-rock, donc évacuons les étrons du néant, les torches-culs d’où ils se soulagent les attendent le doigt sur la couture…)…et je disais que ce film particulièrement très bon assène des parenthèses originales et des interrogations sur l’après 11 SEPTEMBRE …cd41925ca2029a452079d86d5024fa8c.jpgDe quelles façons ont été touché les américains attachés à leur liberté et leur culture - n’en déplaisent aux momies de ce côté de l’Atlantique qui braillent à qui mieux-mieux le concept d’Amérique sans Passé, sans Histoire et, évidemment, sans Culture …Les croupions flétris de la Journalop’Way-Of-Life chassent le fer croisé d’une culture morte d’où ne surgiraient, à intervalles plus ou moins réguliers, que les débits insanes et hautement paroxystiques d’ex-théâtreux subventionnés psalmodiant du RACINE et de l’antique sur l’air des lampions du générationnel BINOCHE,ADJANI,MOREAU et tutti-quanti … Tiré par les cheveux et avant de les couper en quatre, revenons à notre pellicule pan-amérigo géniale et la performance d’Adam SANDLER f7269ffdd5eda4ce20e0032e9c55e99e.jpgen accro-addict-vinyle-rock autiste et traumatisé par la disparition de femmes et enfants dans un des zingues qui ont cataplasmé le Wolrd Trade …Et puis son ex-pote de fac, l’immense  Don CHEADLE, rencontré inopinément au hasard de la City et qui tente de le «sauver» de son enfermement mental lié aux évènements…Entre les deux compères, le clash s’opère à contre-sens :Don est marié, loggé à son boulot tout en menant une vie pépère tandis que le personnage de Charlie Fineman (SANDLER) s'isole de son entourage et passe son temps à arpenter les rues de New York avec sa «patinette»(la vraie star du film !...) motorisée, les écouteurs sur les oreilles en une manière de se déconnecter du monde et enfouir sa douleur… 146570a9f1678b72a2f025b4477d3566.jpgDes personnages secondaires, taillés sur mesure, apparaissent au fur-et-à-mesure de la « psychiatrisation » en cours et là les clichés en prennent un violent coup derrière la nuque : les arroseurs s’arrosent en permanence…Qui est fou et qui ne l’est pas, vaste question que soulève le film sur le mode jubilatoire de la déconnection et d’une pseudo-intégration d’un monde et de ses valeurs sérieusement chamboulées(les apparitions fortuites des beaux-parents de Charlie en appelant à l’ordre du « souvenir » du désastre est une pure merveille d’invention scénaristique…)…La roue du bolide filmé râpe régulièrement le bas-côté,et les crissements de la bande-son annonce que l’on a connu des jours meilleurs et heureux.Il y avait un «avant» et personne ne le savait…A VOIR ABSOLUMENT !... »
… «QUADROPHENIA», le chef-d’oeuvre des Who injustement oublié…
6599839afa3ae80a2e7ddbae50b357a5.jpg
…Suivant le très mature et très travaillé « Who’s next », »quadrophenia » reste injustement oublié,le public préférant (à tort ?) l’autre opéra-rock « TOMMY » des WHO(pochette nulle,théme psyché foutraque,mais déjà les prémices d"un "autre"...) …Quadrophenia, projet tentaculaire dont Pete Townshend, le guitariste plus qu’inspiré des Who, reste le principal créateur, nous raconte l’histoire de Jimmy, un jeune "mod" des années soixante.a1d05fdd4028bf6e99351de56edd7127.jpg A travers son histoire douloureuse (crise identitaire, perte de repères familiaux et mythiques, errance et solitude), les Who construisent leur album qui reste comme le plus complexe et le plus fouillé de leur histoire. Quadrophenia ? Le terme regroupe les notions de schizophrénie et celle provenant du latin quadro (quatre). Les quatres figures du groupe transparaissent ainsi dans cet album - et dans les rétroviseurs de la pochette - qui se voulait au départ une mise en perspective des quatres personnalités fondatrices des Who. (Quadrophenia se référe aussi au principe de quadriphonie qui faisait à l’époque son apparition : utilisation de quatre canaux pour la reproduction du son).L’album apparaît comme celui de la "maturité" (bien que cette notion reste bien vague et fût atteinte auparavant avec Who’s Next) par ses arrangements fouillés (auxquels participe John Entwisle pour les cuivres !) mais c’est bien la construction musicale qui emporte tout sur son passage ! Une construction impure mais si parfaite (logarythmiques) d’enchaînements de tempos différents, de contre-temps, d’une basse omniprésente et de la répétition de leitmotivs musicaux et textuels tout au long du disque
897a7aa159fb71babffea75e04aa2ddb.png
. Si la charpente sonore peut au premier abord inquiéter par sa complexité, ce n’est que pour mieux s’intégrer dans un enchaînement contrôlé de morceaux efficaces (grâce notamment aux riffs rageurs plus qu’incisifs d’un Pete Townshend survolté) qui passent du rhythm n’blues à des airs country, des mélodies oserais-je dire pop, aériennes, voire classiques. Tout s’enchevêtre comme par magie grâce à un Keith Moon au sommet de son art, et une alliance quasi parfaite des voix de Pete Townshend et de Roger Daltrey. Certains pointeront du doigt ce qu’ils considéreront comme des points douteux et imparfaits (ce que n’a pas manqué de faire Daltrey après l’enregistrement), cependant Quadrophenia dépasse de très loin Tommy  qui faisait figure de premier jet d’opéra-rock des Who et s’obstinait dans des arrangement lourds parfois inexpressifs, plombés par les claviers. L’utilisation des claviers et des cuivres apparaît ici maîtrisée, n’additionnant pas de couches inutiles, nécessaire au bon développement des thèmes musicaux présentés. Il est si injuste qu’un album comme celui-ci soit "passé aux oubliettes" au détriment d’un Tommy bien imparfait, voir vulgaire ! (Ce n’était qu’un premier jet). L’imperfection de Quadrophenia réside dans son audace et sa sincérité, pièce maîtresse d’une oeuvre pure mais cisaillée, d’une parole écorchée mais ô combien compréhensible. Plus que le testament de toute une époque, c’est un album fédérateur qui devrait véritablement trouver sa place au Panthéon du rock n’roll. C’est un album dont on oublie trop souvent de souligner l’existence, la qualité. Un album que l’on oublie d’écouter et de partager.Pur caviar,cet album a changé ma vie…
d76263499737a245c625c38be631767b.jpg

Keith MOON,le plus grand batteur de rock de tous les temps, allier objectif de l’  «intello»TOWNSEND,souffle divin de l’opus grandiose fut l’initiateur principal et le moteur de la folie du groupe…A sa disparition, au bout d’un long voyage dans l’autodestruction ainsi que des chambres d’hôtel à la dynamite, Rolls au fond des piscines, batteries massacrées,« aérocraft »  planté dans un passage à niveau,etc(pfft, la liste serait trop longue à énumérer!...),les WHO s’effondrèrent laissant TOWNSEND très affecté sur une carrière solo, brillante au demeurant… Le combat-rock de ce groupe fut exemplaire et son message me hante encore.

medium_img475.7.jpg 
"LES PARADIGMES ARTIFICIELS ",essai pamphlétaire du hasard et des raisons contrôlés,écrit  par Michel REYES sur la période 2006-2007,cherchent toujours un éditeur...Beauoup (GALLIMARD,ALBIN  MICHEL,etc...)l'ont reffusé...ALORS,QUI VA SE MOUILLER?...ZE BLOG se situe à 3840 lecteurs par mois,en moyenne,et depuis septembre2007...pas d'expos,pas de bouquin,il ne me reste plus que le web,mes chers HONECKER!...
medium_images.14.jpg 
records.2008

...CANIBALISME AU SENAT,VEGETARISME A L'ASSEMBLEE... : "...où est passé le peuple?..."

d0eb391ac68168f6a8ac7d5bf173a6e3.jpg

IL DORT !...

16 février 2008

SARKOZY,UNE POLITIQUE CONTRARIEE ET BIPOLAIRE ... : " ...un variateur à deux vitesses... "

343a176d294b139b693ae4c4cedc1814.jpg ..comment être à la fois pour une politique de la ville et faire des différences entre elles, voir le « plan banlieue »,17ème tarte à la crème et facture totale de 40 000 000 000(milliards) d’euro, en tout, engloutis dans ce tonneau des Danaïdes urbain– les responsabilités dégagées et mises en jeux, normalement, sont les offices HLM et les municipalités pour l’entretien, la justice et les services de sécurité nationales pour les coups tordus portés aux citoyens …Si, déjà, ses services ne font pas leur boulot, ils n’en feront pas plus en y injectant les économies des français qui pourraient aller, par exemple, à la recherche et à la santé publique,ou aux retraites…Cochons qui s’en dédient ?...de nouveaux fonctionnaires phagocytant la République, comme AMARA ,le poulain de DRAY et son cabinet couteux …la politique à deux vitesses de SARKOZY jouent sur les quelques voix glanées pour les municipales …
417349bccd91e2b2f7f0b1cd2343d8e2.jpg
...après ,on en entendrait plus parler … et les problème resteront les mêmes …Les bus seront cramés, les bâtiments détériorés et les habitants terrorisés, sacrifiés, dirais-je, à ce contre-sens de la Nation qui s’incline devant les maffias locales – voir l’affaire Mamadou GALLEDOU… maintenant SARKOZY nous annonce qu’il y a deux sortes de citoyens, les "capuches" et les autres,c’est aussi une première! …citoyens à deux vitesses … sélection également à deux vitesses dans les grandes écoles ...la discrimination positive …un danger raciste et inopérant … et pour aller plus loin, SARKOZY et son variateur est le seul schizophrène à croire en une souveraineté nationale, alors qu’elle est vendue à BRUXELLES (mini traité à avaler...un déni de démocratie)– sa cause y est muselée, son agriculture massacrée et ses industries fermées : joli bilan à tirer du PIB … Docteur SARKOZY et Mister Nike propose sa vie privée en échange...
7f8d9ef31c90562e81eede07ddaeed50.jpg

 …,ce qui calme les concierges pendant un certain temps, mais pas la Bourse …Avec ATTALI-LE ROI DES Z'UNS,il veut embaucher 300 000 immigrés par an dans le BTP et la restauration,parait-il,et ensuite les virer par HORTEFEUX...Bizarre buisness...

bc70c388331ecc3f638e80872e28dcb3.jpg

Il veut éduquer et soigner, mais en supprimant les budgets …IL donne généreusement(et virtuellement…)de l’argent tout en annonçant que les caisses sont vides, mais nous rassure ,comme une vue de l’esprit : est-ce que les caisses sont à moitié vide ou à moitié pleines ?...Deux vitesses, vous dis-je …Pour les prochaines élections,est-ce qu’on va continuer de « se faire avoir » ?…

Michel REYES,artiste-peintre,le09/02/08

Vous pouvez également voir mes toiles en pages archivées 2006-2007

 
medium_img475.7.jpg
infos spéciales:Le dernier recueil de Lionel Mazari parait ce mois-ci aux éditions Gros Textes. Il est disponible à l'adresse de l'éditeur:  Editions Gros Textes, à Fontfourane, 05380 Chateauroux-les-Alpes. Son prix public est de 10 euros.medium_img492.2.jpg Vous y trouverez: des textes en prose écrits dans les années 90 et rassemblés sous le titre Journal d'un ange, ainsi que ses derniers écrits sous le titre: J-C Cédille. Un tableau de Michel Reyes représentant Venise orne la couverture. Sont toujours disponibles chez ce même éditeur: les deux précédents recueils: Clam et Cohobe, au prix de 6 euros chacun.
medium_images.14.jpg records.2007

10 février 2008

...A LA FABRIQUE DU CRETIN,ON NE PEUT PAS DONNER DES BAFFES... : "...de l'enfant-roi à l'enfant-tyran..."

3d4335fda3bfd51f063d7912200d45d4.jpg

NICOLAS 1er: "in ze mammouth..."

 

Un Montcheri vient de subir une attaque lourde de conséquences : un adulte lui a collé une baffe alors qu’il ne faisait rien d’autre qu’insulter un professeur …La presse est en émois devant cet acte de barbarie d’un autre âge …Tous et toutes les propriétaires de Montcheri et de Moncoeur fréquentant les garderies de l’éducation nationale vont porter plainte contre ce bourreau des Mapuce …Il sera écartelé sur la Place de la Comédie …bien fait,na …

PS : au centre VAN DAMME,les cours de mitrailleuses lourdes reprendront le vendredi soir ,juste après ceux d’ULTIME FIGHTER, que les mamans des Moncoeur prévoient des chargeurs supplémentaires.La soirée sera animée par le professeur Arthur RAMBO, grand pédagogue du Vietnam.Merci.
(lisez "la fabrique du crétin" de Jean Paul BRIGHELLI)
df69be35e8d0077381548355de67f0de.jpg

06 février 2008

...LES FRINGUES DE TONTON,LE GENOCIDE RWANDAIS ET LES COMMEMORATIONS DE L'ONU ... : "...les liens de sang..."

8a6f3d264170a6dca6d127640da49a74.jpg
…cet homme inimitable, cette silhouette chapeautée, écharpe rouge,…cette allure de noble, ce masque de sphinx,…cette véritable anthologie d’un chef de l’Etat,…ce changement et cette parole toujours prise en dernier, laissant la « concurrence » aux fraises bien loin derrière,…Il se méfiait de tous et de tout le monde …et bien aujourd’hui, dans la débâcle profonde de «ses ami(e)s»,de ses allié(e)s, de ses «femmes»,de ses enfants, tout est à vendre ; comme un vulgaire redevable de quelques crimes honteux, à la vindicte des railleries, à la honte du peuple français tout-entier qu’il a incarné et l’espoir qu’il a pu susciter chez chacun d’entre eux ,des plus fauché(e)s et de ses amitiés populaires comme COLUCHE & RENAUD aux rangs les plus élevés et à valeurs égales, toujours le souffle d‘avoir dominer le débat et le mépris de cette relève, élevée en batteries universitaires, sachant très bien « le jour ou il ne serait plus là », le haro sur le grisbi, l’hallali sur la « phinance »,tout ce petit monde pourri sans rêves et sans destinée adviendrait,fatalement… de ses adversaires, d’où la crainte changeait de camp, devant le masque clairvoyant d’un monarque-républicain … de cette tombée du vide où nous pataugeons, la dépouille et ses parures sont offertes comme un cataplasme mental, des ex-voto que l’on billette et humilie à qui s’accapare la puissance des chefs pour quelques poignées d’euro… dans la plus grande des trahisons comme vertus « nécessaires », ses compagnons de route parodient leurs propres fondements d’un «matérialisme social» en marché aux puces avenant à qui voudrait son «morceau de Tonton» dépeçé et gisant sur le carreau de la saloperie à visages humains, la «social- démocratie» post-moderne et ses bricolages multiples batelle aux plus offrants l’Histoire d’une France comme l’aurait gommé un KGB à la «françouaise» ,une STASI hexagonale en mal d’aspiration ET d'inspiration ...cette France à la Peguy disparait corps et âmes dans des soucis de carreau du temple, mais les consciences nous montreront du doigt le jour où un blizzard nucléaire glacé hurlera sur les plaines …Prédire l’avenir n’est pas le fort des "trader' d’une Société, même si on l’a dit «Générale» …
e7b615fabb398f33ccbffcc9f2a5909b.jpg
A la porte du dit-temple DROUOT,comme une piqure de rappel que tout n’a pas été rose,…même au Nom de la Rose ,…une vingtaine de manifestants appellent à la responsabilité de la France,alors sous l’égide des affaires étrangères de VEDRINE,d’un massacre,d’un génocide des plus cruels ,et sous les yeux de l’Armée Française : le RWANDA…
0d7d252105a3610eca38cf8c042b9d81.jpg
…à quelques milliers de kilomètres, l’ONU commémore, expose, le redoutable GROUND ZERO d’un abattage mécanique, véritable point de départ de la vigilance de ce qui aurait du être ,encore une fois, les re-consciences de ces humanismes exacerbées en folies meurtrières, la SHOAH …Mais là encore, la police internationale, sous quelle ironie du sort, se transforme en maréchaussée arpentant les couloirs de ces ST BARTHELEMY sanglantes, pandémoniaques, ou les cadres de hautes affaires viennent finir mollement leurs retraites et leurs complémentarités d’échange aux partis politiques bienveillants, ...quand ce n’est pas une bénédiction tardive et des leçons de flexibilité (re-VEDRINE) à ces parjures totales - voire totalitaires … alors ne m’en voulez pas si je fais miennes les parole du poête : « …tant que soufflera la tempête, je saurais à quoi j’aspire… »
ae3ca3ccd643d10c2adff657a8b0d5cd.jpg
medium_img475.7.jpg 
"LES PARADIGMES ARTIFICIELS",essai politique sur une base d'observations d'évènements médiatiques,allant de 2005-2007,écrit par Michel REYES,cherche TOUJOURS un éditeur,faites-lui une offre!....Pour des raisons d’imbécillités opiniâtres,d’acoquinements fugaces et prévisibles,j’ai décidé d'évacuer,en tirant la chasse, TOUS les commentaires de  quelques nauséabondes diarrées gymnopédiques épistolaires avariées...De les re-nommer serait de l'ordre du comique à répétitions...Merci,j’ai fait le plein,et ZE BLOG n'est pas une décharge…Tous ces célèbres anonymes,vous pourrez les rencontrer sur leurs BLOGS PERSO (si vous les trouvez,bien sur…).Bienvenue aux hommes et aux femmes de bonne volonté sur ZE BLOG !…So long.
medium_images.14.jpg records.2007

 

02 février 2008

VOUS ETES FORMIDABLE!.... : " ... un Noël trés agité ... "

f3609ce7cfff4ae4ef617a8eaf4af0a1.jpg
...GRACE A VOUS, ZEA BLOG EST EN AUGMENTATION CONSTANTE, VOUS AVEZ ETE,CE MOIS-CI, 5368 VISITEURS A VENIR PENSER L’ART ET LA POLITIQUE AUTREMENT…SOIT 1526 DE PLUS QU’EN DECEMBRE ET JE VOUS EN REMERCIE …CETTE ANNEE,JE SOUTIENDRAIS LA CANDIDATURE DE MON AMI PIERRE GUIRAUD AUX MUNICIPALES POUR LA MAIRIE DE LODEVE…SOYEZ NOMBREUX A LUI FAIRE CONFIANCE !…BYE,ET AU PLAISIR DE VOS COMMENTAIRES.
4f864ce1a370d4d3aafe8215f94bb4e2.jpg
Ce matin, nous étions sur le marché de LODEVE et voici la machine à serrer les mains !...(fabrication Nicolas JOUAS)

 «Haïku in SATORI 4»

(Digit2.Remix)

extrait de l’album L’IMPROVISTE en préparation-records 2007(pour une meilleure lecture,une décompression en "wave" conseillée..cliquez en dessous…)
podcast

Michel REYES : lYRICS & voice /music : ASTRAL PROJECTION & STUKA,V1,INA doc.(10’’53)
medium_img475.7.jpg 
"LES PARADIGMES ARTIFICIELS ",essai pamphlétaire du hasard et des raisons contrôlés,écrit  par Michel REYES sur la période 2006-2007,cherchent toujours un éditeur...Beauoup (GALLIMARD,ALBIN  MICHEL,etc...)l'ont reffusé...ALORS,QUI VA SE MOUILLER?...ZE BLOG se situe à 3840 lecteurs par mois,en moyenne,et depuis septembre2007...pas d'expos,pas de bouquin,il ne me reste plus que le web,mes chers HONECKER!...
medium_images.14.jpg 
records.2008