Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17 décembre 2013

François HOLLAND et jean Marc AYRAUT,amis pour la vie...

hollande-trempe.jpg

Le conseil des ministres était particulièrement morne,ce jour-là...morose...François H. avait décidé de les foutre à la porte, rapido...

- ...hep Jean Marc,toi tu restes !... » ...ils ont tous décarré en silence.Une fois en tête-à-tête avec son Premier Ministre,François H. lui tint à peu près ce langage...,«...vas l’chercher!vas l’chercher!VAS-Z’Y!...»...allons bon...Jean-Marc soupira,il était bon comme la romaine...fallait que ça tombe sur lui...«...j’le sens!j’LE sens!...IL est en moi !...IL est LA que j’te dis !...»...rho,la vache,c’était du lourd à l’expression...la rechute...JM s’embusqua derrière le burlingue et fouilla dans la paperasse... «...vires-moi ces chiures à merdasses !...Jeannot!grouilles!démerdes!...»...là,ça rigolait plus,J-Marc s’accroupit dans le parquet avant de déclencher une petite cache sous le massif Henri-II bricolé par feu-Béré,une tragédie...clac!clac!...une planche avec la tête de Léon BLUM sculptée céda,et JM extirpa une sorte de grimoires en peau d’chèvres,massif,du costaud,pas de la gnacque...C’était le Gaô,le Livre des Lôufhs,offert par sa Majesté N’Podzobi,un souvenir du Mali qu’ils avaient ramené ensemble,juste avant de refourguer le chameau à becqueter...ah,les fous!...la comédie allait reprendre,sûre...le Président s’était dessapé pendant l’opération...il lui restait plus que les chaussettes et le kangourou...un vache de bidon gras à poils ras... «...mordezLa France!»,soupira Jeannot...d’un geste sec,il balança la paperasse des tordus précédemment...de toutes façons,il y entravait que pouic...toutes ces salades...le mic-mac des gnaces,les furieux,la jaquette...à dache tout l’boxon!...maintenant qu’il avait le Président à moitié oilepés sur la moquette du Faubourg,celui-ci paraissait tout exité,tout emmoustillé,les bajoues tremblaient de chair rosâtre...la classe,cézigue!on va finir par se faire goaler...

Après l’étiration,les jambes,le cou et quelques roulades au tapis,François glapit dans l’nez du First,«...la page 124!la page 124!...c’est là qu’il est le sagouin!...Pierh Gôloh,l’Arquebuse des Sens...le sort qui tue!...j’le sens au bout d’la truite...il demande à rentrer...Dépêches lapin!...dépêches!vieux...»...Jean-Marc posa le Gaô sur le bureau débarrassé prestement...wouah l’engin!positif...une enclume de forçat,l’botin des ondes...et comme l’autre commençait à gigoter sévère,«...dis pote,le gaffe,derrière la lourde...s’il entend tout,on est bon pour la Une...»...pirouette vrillée sur le tapis des Gobelins,François rouge d’effort s’exclama,l’hilare béat: «...hé Dugenou de minisse!...sourd et muet l’huissier!...un cadeau de la Duflot...contre ses p’tits trafics de beuh,la clampine!...tu débarques,le First?...tu m’colles déjà chez les caves!...ahah!...choppes le coupe-papier en bronze,balot...pour le Gôloh,j’veux du rythme,d’la cadence,de l’entrain,du zèle!d’la phrase aussi...l’annonce au Saint,tu t’rappelles,peau-d’-zébu?... bââhalhiiii-bââhahloooo !shazam!merguezzzzzzhizi!coscosssseuh!...Bhâllahhhhhamama!zzzhuemeu-rhhhototo !tôh!’shâzam! (deux fois) Shahâzammmmeuh,meeerde!!...ô viens z’en ton Royaume,mon corps,le frusquin t’attend!...tu t’rappelle goumi,sombre folle?...hein-hein?...ou j’te reclasse aux internes,recta!...eh,buse...»...De l’avenir,ça dépendait la prestance...J-Marco,yeux mi-clos et bras de chemise,il tapotait du schlasse sur le burlingue marave...tip!tip!...puis tac!tac!tac!rapprochés,en boucles...puis les formules,il regardait les cases dans le book mastoc,l’odoriférante bête crevée l’machin!...que c’était Seigneur pas supportable du tarin...comme les vents de Taubi!..la vache,c’que ça daubait!de l’effluves parallèles,du cosmos y avait pas...Marc-jean,appliques toi!...pas comme la dernière...ou l’machin voulait pas d’sortie,la chierie des Clans!...oh l’avoinée,l’engueulade...sa fête,au First!...il turlurait dans toute la turne,le sale nabot gras d’la panse!...on attendait Berbêhtz,le diable ailé...et c’est Furzhanôtron l’espiègle emmitouflé,le pois sauteur...que le cabot de la France,il a pris la mouche dans l’escadrin royal,jusqu’à rebondir au plafetard des Invalides,bon sang...ça la foutait mal devant la délégation des bousiers,de l’alpaga princier...tartes avec des bacchantes,même les gerces...des Indes c’coup-ci...y en avait que pour les tocards de la biffe...les ordres,pensait JM,les z’ordres!... tip!tip!...tac!tac!tac!...c’était pas la joie...et les mots,dis plumezingue?.... «...rahhâahhaâhammatoullléléle!...Oûumpapazhétresseuh!....zzzh!zhhhh!zzzhh! (3 fois)...yaghadha!z’hdhéoooon!...youbahahahadhîîh!...oh !yahallal!ô Yalllah!...SHÂhaââzaham!...FHÔUouhouzhym!...ding!dong!...»...c’est là que c’est parti dégénéré l’affaire...tout dans le mobilier...le Francois,il a tourné grave de la cabriole,on l’tenait plus...des roulades,des toupies,des saltos à la renverse...le slibard suintait,il craquait l’effort démesuré...il tournoyait sur l’honorifique,autour même...que l’élastique rendu l’âme...chlaaack!Le possédé se retrouva en chaussettes NF et la parure atterrit sur le nez du First... tip!tip!tac-a-tac!tac!...tac!tac!...rapprochés,certes...pas le moment de mollir,Jean-Marc...l’Honorable d’entre deux vrilles compliquées,il prit l’élan qui faut et rhahann!VZANG!PANG!la tronche dans l’armoire du Patrimoine...patatra,la vitrine...toute la verroterie de la glace partie en miettes sur le quidam bondissant,les ouvrages itou...tip!tip!encore une fois...sa Majesté dela France gisait sur les débris,la face contre terre et les fesses à l’air,zébrées de l’outrage,lardées aux oignes,Il fabulait encore du groin... «...t’arrêtes pas!t’arrêtes pas,petit!...je sens qu’ils EST LA!...Z’EN MOI!...hardi petit,on l’tient!...c’est du gros!c’est du lourd!...pas de la gnognote!...un commac,ça peut-être que Pierh Gôloh,l’arquebusier d’la Mort...au moins!...j’sens sa queue qui fourche sur la truite!...dis,tu m’entends,bras cassé?...»...Le First,il y était plus,il avait la crampe...tip!tip!tip!..il chavirait des chasses,il hululait encore...Shazhhâm!Shazhhôum!tourlourouh...tourloughâh!...le devoir,le devoir!faut qu’tu causes Jeannot... «...Patron!patron!...Serres les fesses!Serrez!que j’vous dis...qu’il se barre pas,qu’il trisse,hein... et nous après,c’est fichu...j’vous recommande de serrer l’mignon...comme,ceci....gnnnnnn!gnnnnn!...vouala la manœuvre,Boss!...allez !!!...»...Affalé au tas,éparpillé dans le gravas,François d’la France plissait les chasses sans lunettes,les carlingues s’étaient fait la malle depuis belles lurettes...la monture tordait sur le duvet,au sommet... gnnnnnn!gnnnnnah!...qu’il partait pas dans les bouts de bois,l’Belzébuth!...qu’il se sauve pas...alorsla France Représentée s’enroula d’une dernière secousse,le volcan des tripes lâcha un grand râle formel...Rhaggaddaoudhou!!!Doghodhodékaunhosor!...amen...un grand silence frisé,puis le Président à nouveau,au mitard du chantier...La carrée,y en avait plus...que d’l’épave,des bouts,de la paperasse jonchée...les lois,les craques papeer,le frusquin carton,toute la boutique à vau-l’eau,sur le plancher,en nénuphars de Compostelle...la Marianne du Patrimoine avait chutée égale...en deux morceaux le symbole,la tête de nave...en stuc,le portrait d’une fada du rap-moukère,la mode...avec le bitos phrygien,çà faisait cake,la mytho...mais j’t’en fous,l’Histoire...les restes,on accommode....les remplaçants sont moins marles,de belles comptines et ça suffit pour durer...au Pinâcle,au radadada!...à hue,et à Diam’s!...Et la carrée,mes chancres?...morbleu,la branlée!...Vzaaam!les rideaux fins...Braoumm!les chambranles ...les z’Ors,dans l’marron...mordez la décharge! la note salée,publique...les chaises,du p’tit bois...pas de la dentelle,l’élan du Chef!...de l’assaut au corned-beef gratin,quatre étoiles au Michelin...ça décoiffe!...et not’clampin royal,hilare,sur le dos,la mini-bistouquette coupée au vent...ah-ah!surprise d’Etat!... «...ça y est-y,Jeannot,que je l’ai!...dans l’durillon,tâte un peu...on sent la pelisse du dos...d’la lézarde rocaille,c’est pas le Piehr!c’est mieux!...c’est Stirhfülz-ô-Gandah,le poinçonneur de l’Atlas!une pointure!une épée!...le Sort des Sorts!...bigle comme il tord dans l’colon...vas-y touches!...y te bouffera pas,y peut pas!...c’est sur commandes l’oraison,fiston!...et avec les vents de l’arrière,tu sens pas l’souffre?...hein,le First?...»...rhaa,la cague...François H. lâcha une caisse monumentale,du barouf de l’entraille,dé profondis,le lustre cristal dégringola...un peu plus,un peu moins...mariole le Livre des Lôufhs,la dernière folie,la marotte,il pouvait plus s’en passer,à cause d’un débris d’kroumir cinglé,direct des Carpathes maliennes,l’allumé fatal!...Jean-Marc passa à l’invite,il tâtait les chairs Présidentielles suifées...du dégoût sans l’voir,la stratégie de ceux qui veulent durer dans l’métier...Il sentait rien de particulier...de la saucisse dodue,du matelas de remonte...non rien,juste l’odeur d’œufs pourris...Mais l’Autre passait à l’attaque verbale,«...La pâtée,c’est maintenant,gars!...qu’on est fortiche des lymbes!en loucedé du plaf’tard céleste,man...nos z’adversaires,y pourront plastronner QUE d’la menteuse!...Nous,on a la baguette-à-souhaits!...dis un blaze vilain!et hop,je te le scaramouche à distances,fils!...allez GI!go!envoies!...».Le gnouf de la primesauté réflèchissait ailleurs,dans le vague,l’inspiration,les Grandes Ecoles,il avait pas vu la chose sous l’angle Bamako,juste Montreuil,et encore chez l’anesthésiste frappadingue,une miteuse celle-là...tourneboulée de la coiffe...Barouin!vouii!..le voilà l’élu!...Barouin!...il rencardait le Dabe...Césarin ouvrit des mirettes pancartes,comme des soucoupes lotos, «...aaah ben tu vois!...quand tu veux!...c’est pas du frais!...mais on va s’faire la pogne!...passe le botin,le Who’s,fissa!...»....Après quelques coups de lattes dans les débris papelards au sol,JM trouva la tartine des pontes,moins calleux que l’annuaire des Lôufhs mais consistant d’la tranche...en tourloutant quelques pages,il composait...vrrr...vrrr...il passa le buffle à l’Empereur,toujours à poils posé sur le plancher délabreux... 

-  allô!allôo!...allô quoi meerde!...y’a kelkun?...allô quoi?...alors quoi,ça vient QUAND?...»

-  ...bzzzz...scrshhh!...bzzz! (fritures tenaces)... Mouiih...euh,alloô oui?... céki?...mouiiiih?...»

-   ALLÔ! (sec)...Barouin!...ousskil est ?... »

- ...bzzz!...schhh! (fritures basses)...attendez....Vouiii,c’est lui-même...à qui ai-je l’honneur ?...»

- ...François?c’est François... (très-très sec)...le Président D’LA France!... »

- ...rhôo,mince alors,Monsieur le Présidon...que puis-je pour vous...EN QUOI,j’ai l’honneur,rhô!...l’immense honneur,m’sieur le Présidon!... »

- ...(silence puis...)...Rhâaaatahahtaat’zong!Rhâaattatah,zharrraach!...beling!fouchtra!...yaga!z’déon!...»

- ...heuu,pardon,m’sieur le Présidaâan ?... j’ai pas bien saisi,le,euh... »

- ...rhatahhataz’hâ!...Rathâ!Rathâ!Rathôoohu!...par le Stirfhülz,Barouin!...par le Stirflüthziôh!...(clac!biiiiip!...) » 

Le combi raccro en mains,François d’la Franceregardait son subalterne tout fier.La poussée des ondes,l’avait pas vu venir...«...alors que t’as vu?... Hé,quoi !!...là,il est cuit!...ri-cui-cuit!...le Gandhâ,c’est le King mahousse des anathes prospères!...rien qu’une lichette,vite fait,et t’es détrou-du-cuté à jamais,à la r’tourne!...500 z’ans,tu cloques de partout!...voilà,balourd!...»...Jeannot-marco dut soupiré trop fort du poitrail,il y eut du soupçon...le big François en nages,du délire,il chavirait des chasses sous le front pelé...«...ah,ben c’est ça...fait ta finaude...rajoutes au compte!..que tu doutes!..dis,le pingouin!...piinaise dé marde!...y faut QUOI pour exister chez vous ???...»,et il balança le Who’s à travers la seul vitre qui tenait encore debout d’la thurne...crrraac-boum-zhiii!...la vache,comment qu’on va expliquer aux collègues,le boxif,le tintouin ?...ça mordez grave dans l’paysage,tout ce foin,ce cirque...H.le François s’aperçut qu’il était comme un ver-à-chaussettes,nu dans la piaule,il embarqua une ruine de rideau gaze autour des poignées...Se couvrir et chastement,le gonze!...Une corne d’abondance républicaine barrait le popotin du Sire...Le devant,c’était des raisins de Corinthes,des têtes d’angelots,le tarbouif dans l’appareil génital...l’allure,j’vous dis pas...Sa Majesté reprit le crachoir en rades,«...Et puis-ce qu’on vagît le Livre...les Loûfhs,sa sagesse monticulaire,gars!...eh ben c’est moâââ,moââh tout seul qui vais choisir l’prochain !...vu....pas de minisse,dugland...avec toi,c’est mariole!...pour qu’ça jaspine follâtre?...Ah nan!j’ai donné...passe-moi le turlute,j’connais son matricule par cœur à l’oizeau...Merluchon!...un ébréché du clapoir...des chicots,d’la hantise dentaire!...»

...rrrr...rrrr...rrrRR!...il compose le turlutaire à la volée,rageur...Jeannot crevé regardait sa montre,c’était pas fini la journée des spécieux...le Graal des toqués vautré sur la moquette des Gobelins...et si on nous voyait?...Bon Dieu,qu’on aille se pager...mais quand?... 

- ...allôooo ?...ALLO!..mince!...ch’uis au FDG?...il est là,le cador?...il cuve?...vouaaaiis,ma grande,va l’réveiller...dis-lui que c’est François...ouais,d’la France...j’ai deux mots...j’attends,grouille... »

- ...(bruit de zonzon,des portes qui claquent,des verrous...) ...wouaaallô!...kesskigna?...c’est toi?...FRANCHOUAH,mon bon!!!...»

- ...(inspiration profonde puis)...Crotte!Crotte!..et re-PROUT!...na...(clac!) biiiip!...biiii!biiiii!...» 

BANG!le choc du combiné explosant la grande porte-fenêtre fit sursauter le First.Celui-ci s’approcha du Président.Il entoura l’épaule grasse mouillée,nue comme un verre-à-dent.Un président juste avec une chaussette.

- ...allah whouâck'bhar,François...

- ...allah whouack'bhar,Jean-Marc... 

Ecrit et illustré par Michel REYES,en l’an de grâce 2013...

ZEA BLOG.jpg


Commentaires

...IL FAUDRAIT VIRER ces deux merdes du pouvoir sans ménagement...les magistraillons et ces deux cons nous préparent quelques choses DE PAS CATHOLIQUES,la république est en danger...

Écrit par : alpha-jet67 | 02 juillet 2014

Les commentaires sont fermés.