Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20 décembre 2012

Bugarach,cirque de la fin du monde.

Entre matérialisme et superstition.

le-mont-de-bugarach-laisse-penser-a-une-piste.jpg

               (Photo AFP)


 Les ébats de la presse vont bon train, celui de l’enfer-pour-tous généreusement rétribué aux populations crédules. Le vortex fatal de ces dingueries, nul ne sait quand il vit le jour ni sous quelle forme, secte, prophètes de malheur décidant d’envahir la petite bourgade de Bugarach (66) de zinzineries de doux-dingues jusqu’aux prédictions furibardes les plus hardesques pour que forces déploiements d’escadrons de gendarmerie s’ésbaudissent du plus petit fourré jusqu’aux collines les plus halletières. Halte-là ! Quo Vadis ?...Une situation qui n’aurait pas manquée de séduire le sémillant et disparu Philippe Muray, regretté socio-dialectophage, nourri (copieusement!) toute une vie durant à réduire en miettes les mythes qui bouffonnent les placards autant que les esprits frappeurs. Les araignées qui grattent au plafond, les totems improvisés, les gestes loufoques, le matériel débile (« meurtre au tamagochi » dans Après l’histoire, de 2004) sont des revanches de justesse sur la raison, le sens et l’intellect bafoués. Non seulement le philosophe de la consternation aurait supplanté ses thèses limpides mais transformé l’essai sous des flots d’encres jubilatoires autant que l’ironie lui en avait donné feu-les moyens par son sens aigu de l’observation et de la temporisation innée.  En effet, que restera-t’il à nos pauvres éditocrates à se mettre sous l’Adam et caller des mandibules déjà fortement compressées par la censure sinon ces histoires de soucoupes violentes et tourbillons magnétiques sérieusement attaqués du bulbe ? Il fallait en arriver-là pour pendre l’ampleur des dégâts de la postmodernité sur les coucous moralistes. Ravages donc...Comme s’il résultait d’une fin en soi d’amener la démission jusqu’au pinâcle de la presse; les fatales ritournelles politiques et chamailleries en tout-genres se sont rendues aphones sur l’autel du bavardage pour laisser un boulevard aux guéridons et autres capricieux "chakras". Entre deux scandales, le chamanisme fait son comme back  versificateur et vérifier le socialo-occultisme en pleine action de démonologie appliquée à l'entrée du XXIème siècle...Et quand la soupe aux choux va tourner vinaigre, le matin du 22 décembre, il faudra bien recoller les neurones entre eux pour expliquer ce trou noir dans l’espace-temps du journalisme qui aura fait parler de lui autant que le miracle de sainte Thérèse d’Avila (fig.2) ,l'hagiographie en moins.

M.R. 

sainte therese d'avila.jpg

Les commentaires sont fermés.