Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03 juillet 2008

...CE QUI CLOCHE DANS L'ARMEE... : "...de Lazarre PONTICELLI à Carcassone..."

664ae9c08c885b51ac68252560560519.jpg
Préambule :  …de l’enterrement du dernier « poilu » Lazare PONTICELLI jusqu’à l’accident-bavure  de Carcassonne, la défense nationale souvent appelée «la grande muette» se retrouve ,bien malgré elle, dans le collimateur de l’actu… un jeune historien - 24 ans - , Loïc LORENT, en dehors des sentiers archi-rabattus du « pacifisme » et des poncifs du genre donne un éclairage particulier sur d’éventuels conflits armés et l’état psychologique des troupes  de l’hexagone…le moins que l’on puisse dire c’est que ça décape !...

Loïc LORENT et le défilé…

"...Ah ! l’armée française !...on a enterré le dernier "poilu",Lazare PONTICELLI,sans oublier le laïus du 20 h,qu'il était socialement bien "intégré",point barre...Mais encore?... Il y aurait beaucoup de choses à dire sur cette armée, celle qui défile si joliment tous les 14 juillet mais est obligée de louer des avions gros porteurs russes pour acheminer ses troupes jusqu’en Afghanistan.

3576203a1207eb3ddc712aeba7e07f38.jpg

Cas sociaux…

Pour commencer, plusieurs observations ... Tout d’abord, une touche d’optimisme : il y a deux armées françaises. La première est celle des unités dites d’élite, Légion étrangère en tête, qui sont, du point de vue des qualités combattantes, parmi les meilleures au monde. Mais il y en a une autre, et là tout optimisme doit être abandonné derechef. Depuis sa professionnalisation votée par notre ancien président fainéant corrézien, l’armée française s’est transformée en Mairie de Paris (celle des emplois fictifs) et en assistante sociale. Quiconque connaît quelques militaires de carrière sait quel ‘état d’esprit’, dirons-nous pudiquement, règne au sein de la Grande Muette, comme vous l’appelez. Certaines armes sont plus touchées que d’autres, une en particulier, celle-là même qui puise dans ses ‘réserves stratégiques’ pour assurer un minimum de présence en mer de ses navires. En un mot : on y recrute actuellement beaucoup de ‘cas sociaux’, qui signent des engagements sans en comprendre le sens, qui voient dans l’armée la planque idéale. L’armée est donc elle aussi mise à contribution dans le but d’acheter la paix sociale. Tenues non réglementaires, salut que l’on fait quand on y pense, clopes que l’on grille pendant les heures de travail, etc. Beau tableau, n’est-ce pas ? Et quand on recrute n’importe qui, on forge n’importe quoi. On obtient par exemple des résultats … étonnants lorsque l’on interroge les soldats de l’armée française, ‘jeunes’ et officiers confondus. Cette récente information est passée totalement inaperçue, sans doute plus par désintérêt des médias que par volonté de masquer une réalité somme toute peu gênante aux yeux de l’idéologie dominante. On a questionné les soldats sur les raisons de leur engagement, on leur a demandé ce qu’ils feraient s’ils se trouvaient dans une situation périlleuse, mettant en jeu leur intégrité physique. A tomber à la renverse ! Figurez-vous que le soldat français ordinaire s’engage pour « sauver des pauvres gens » bien plus que pour combattre, pour distribuer de la nourriture et des médicaments bien plus que pour repousser d’éventuels ennemis et, cerise sur le gâteau, il déclare sans honte qu’il refuserait de se battre, qu’il se carapaterait si un conflit ouvert avec un adversaire clairement identifié se présentait à lui. C’est Boris Vian à la guerre ! Une armée d’assistantes sociales et de cantinières.

3576203a1207eb3ddc712aeba7e07f38.jpg

…du comportement…

Concernant plus précisément les officiers, c’est comme les journalistes ! Pourquoi seraient-ils différents de leurs compatriotes ? Il suffit d’entendre parler la plupart d’entre eux (on pourrait fabriquer un belle compilation avec les interviews faites en marge du 14 juillet) : un français qui n’a rien à envier à celui péniblement articulé par les ‘cas sociaux’. Il suffit de consulter les vidéos que certains livrent sur Internet : ils y apparaissent dignes des danseurs de Tecktonic, les uniformes en plus. Tout de même, ‘officier français’, ça veut dire quelque chose ! C’est une histoire, des traditions. Et les officiers supérieurs, les hauts gradés ! Même eux. Des centristes, à l’image du ministre qu’on leur a refourgué, des carriéristes qui passent plus de temps dans les ministères qu’au milieu de leurs troupes. Toutefois, ce n’est pas propre à l’armée française. La fonction militaire est devenue bureaucratique par excellence. Enfin, je sais que des jeunes gens un peu plus vertueux que d’autres et fiers des drapeaux qui ornent leurs navires ou leur casernes commencent à s’agacer de ce laisser-aller. Espérons qu’ils seront entendus.

 
3576203a1207eb3ddc712aeba7e07f38.jpg 
Miracles budgétaires…

Un autre problème – chronique – est celui du budget. Il y a deux solutions : l’indépendance (mais elle coûte très chère) ou l’achat d’armes aux Etats-Unis (ce qu’a choisi le Royaume-Uni, par exemple). La France a eu et a encore le génie, un de plus !, de choisir la première sans s’en donner les moyens. C’est un tour de force qu’il convient de saluer comme on le ferait d’un grand écart axial exécuté par un tétraplégique obèse. De toute façon, il n’y a aucune raison pour que le budget alloué à la défense soit revu à la hausse. Vous ne voudriez tout de même pas construire de nouveaux sous-marins à propulsion nucléaire, des blindés alors que l’on pourrait édifier des centre aérés, payer tous les intermittents du spectacle à vie, livrer un vélib’ à tous les enfants africains avec tous ces milliards d’euros ! Je vous rappelle que l’armée, ce n’est pas bien. Ce n’est pas bien parce que les militaires ont des armes. Et les armes, ce n’est pas bien parce que l’on peut tuer avec. Le jeune français de 18 ans, celui qui rêve de devenir chanteur, acteur ou intérimaire à Leroy Merlin, qu’est-ce qu’il peut bien en avoir à foutre de l’armée française ? Et l’écrivaillon du VIe arrondissement de Paris, celui qui ne sait écrire que sur « la beauté animale des enfants du désert », que pense-t-il de l’armée française ? Rien. Au deux bouts de la chaîne sociale, on retrouve la même indifférence ou le même rejet. J’ai beau chercher, je me demande s’il y a déjà eu dans l’histoire contemporaine de notre pays une période où l’armée était aussi clairement un objet de dédain ou de haine alors même, c’est cela qui est le plus stupide, que notre armée, comme vous le dîtes, ne fait que de l’humanitaire ou des ‘opérations de maintien de la paix’ (qui sont souvent des compétitions de « Qui voit le plus loin avec des jumelles ? »). La mauvaise conscience chevauche l’idée que l’armée est une entité dispensable dans la mesure où les peuples du monde entier, s’il n’y avait pas ce foutu complot occidental, se donneraient la main et s’arrangeraient après avoir entonné l’hymne à la joie. Srebrenica ? Une guitare et ça se serait terminé paisiblement, pardi ! Qu’on ouvre toutes les frontières et plus aucun bain de sang ne se produira !

3576203a1207eb3ddc712aeba7e07f38.jpg

la vie des sardines… 

« Puissance verbeuse mais largement impuissante » ? Exactement. Voyez-vous, j’aime la cohérence intellectuelle. Si les élites françaises radicalement pacifistes étaient cohérentes, elles qui affirment que la guerre n’est jamais une solution, il faudrait liquider notre armée, conserver à la rigueur une cinquantaine de Saint-cyriens afin que les touristes puissent les prendre en photo devant l’Elysée. Alors je dirais : « Bravo, ils assument ». On a la diplomatie de ses armes ! On peut le regretter mais c’est encore ainsi et je crois bien que ce n’est pas près de changer. Une grande puissance peut se passer d’armée, le Japon en est bien sûr l’exemple parfait. Mais une grande puissance qui souhaite faire de la politique à l’échelle mondiale, et non pas uniquement du commerce, a besoin d’armée. La Russie, la Chine, l’Inde l’ont compris. Pendant ce temps-là, à Bruxelles, on pond des lois qui entendent « changer la vie des gens ».  La longueur des sardines ou un ambitieux plan de défense : choix cornélien auquel l’UE a apporté une réponse claire et iodée.

3576203a1207eb3ddc712aeba7e07f38.jpg 

...couillons d'états neutres...

L’UE et la France sont les championnes incontestées du verbiage insignifiant. Tout le monde rit de nous, à l’exception de ceux qui entendent profiter de nous, Etats-Unis en tête, l’UE n’ayant jamais été qu’une autoroute s’ouvrant devant les entreprises américaines. Pour en revenir à la France seule, l’écart entre sa puissance réelle et la puissance qu’elle revendique est abyssal. Et pourtant, ça s’enflamme à la tribune de l’ONU, ça présente ses immixtions à l’étranger (Côte-d’Ivoire, RDC, Kosovo) comme des morceaux de bravoure à faire pâlir d’envie tous les maréchaux d’Empire et toutes les infirmières ! La France n’est plus maître de son destin, voilà la vérité. Il n’y a qu’à voir la piteuse façon dont Nicolas Sarkozy s’est écrasé devant l’Allemagne (pour son projet d’Union méditerranéenne) ou devant les USA (pour le Kosovo) pour comprendre que nos gouvernants ne savent plus et ne veulent plus penser hors de l’UE, cette grande intersyndicale des dhimmis volontaires. Je finis tout de même sur une note presque positive : notre armée n’est guère reluisante, mais c’est toujours mieux que de ne pas en avoir, comme la plupart de nos associés européens qui, s’ils étaient attaqués, imploreraient notre aide et celle de l’OTAN. Quand les sénateurs américains ont ratifié, en 1949, le traité de l’Atlantique nord, ils n’auraient jamais imaginé que, soixante ans plus tard, les Etats européens seraient incapables d’assurer seuls leur défense. L’OTAN a toujours été une ‘faveur’ faite à ces grands parcs d’attractions que l’on nomme Irlande, Suède, Danemark, ces couillons d’Etats neutres. Parcs d’attraction qui, même si nous en avions la volonté, nous empêcheraient de bâtir une véritable armée européenne en brandissant leur droit de veto.

811bb33204dc40fa95f674e244a27ea8.jpg
2a2d5d329127878a05b8e5af2dc212fc.jpg
medium_img500.jpg
infos spéciales:Le dernier recueil de Lionel Mazari parait ce mois-ci aux éditions Gros Textes. Il est disponible à l'adresse de l'éditeur:  Editions Gros Textes, à Fontfourane, 05380 Chateauroux-les-Alpes. Son prix public est de 10 euros.medium_img492.2.jpg Vous y trouverez: des textes en prose écrits dans les années 90 et rassemblés sous le titre Journal d'un ange, ainsi que ses derniers écrits sous le titre: J-C Cédille. Un tableau de Michel Reyes représentant Venise orne la couverture. Sont toujours disponibles chez ce même éditeur: les deux précédents recueils: Clam et Cohobe, au prix de 6 euros chacun.

 

 

Les commentaires sont fermés.