Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23 mai 2008

...AFFAIRE AL DURA,LES REPORTAGES BIDONNES D'ANTENNE 2... : "...le faux assassinat,en 2000,d'un fils et de son père par l'armée israélienne..."

4b9d1e57e70664d0ff39ecf390b6bb09.jpg

UNE VERITE QUI EMERGE,8 ANS APRES LES FAITS, SUR L’AFFAIRE AL DURA : France 2 et Charles Enderlin viennent d'être déboutés de leur plainte en diffamation contre Philippe Karsenty (jugement du tribunal de Paris le 21/05/2008) …Le JT d’hier soir , penaud, et sous la houlette de POUJADAS ,passait plutôt rapidement sur les compte-rendus de l’audience…
…Déjà, à l’époque, j’eus quelques doutes sur cette fameuse cassette : les victimes n’étaient pas du « bon côté » des balles et j’en avais fait part autour de moi,mais les échos furent assourdis par le 11/09/2001…Voilà quelques preuves essentielles soigneusement occultées par les médias depuis des années.

LES PREUVES DE BIDONNAGES SONT INNOMBRABLES….

Denis Jeambar (ex directeur de l'Express ; Directeur aux éditions du Seuil) et Daniel Leconte (Réalisateur/animateur et producteur pour Arte ; Prix Albert Londres ; Prix des droits de l'homme) et Luc Rosenzweig (ex journaliste à Libération, ex rédacteur en chef du Monde) affirment que la cassette vidéo qui contient la scène ultra connue de « la mort du jeune palestinien tué par les israéliens dans les bras de son père » comporte à peu près 90% de FAUSSES IMAGES D'ACTUALITE (24 mn bidonnées sur 28mn de bande vidéo) Autrement dit : DES REPORTAGES ENTIEREMENT BIDONNES PAR LES PALESTINIENS.

DES JOURNALISTES DE FRANCE 2, présents au visionnage ONT AVOUE QUE CES BIDONNAGES ETAIENT BIEN REELS ET CONSTITUAIENT PRESQUE LA NORME.

Pour l'ensemble des médias, Charles Enderlin (le correspondant de France 2 en Israël) est victime, depuis plusieurs années, d'une horrible campagne de diffamation menée par quelques illuminés pro-israéliens. Ces « illuminés » prétendent que la scène de « la mort du jeune palestinien Mohamed Al dura tué dans les bras de son père par les soldats israéliens » est un faux grossier et d'autres que rien ne prouve que l'enfant ait été tué par les soldats israéliens. Certains affirment que la cassette vidéo qui contient cette scène tragique est truffée de scènes d'actualités bidonnées autrement dit carrément mises en scène par le caméraman Palestinien de France 2, Talal ABOU RAHMA qui a filmé la cassette contenant « la mort de l'enfant ». Cette scène a été tournée au carrefour de Netzarim au début de la seconde intifada. Notons que plusieurs collègues du caméraman de France 2, tous palestiniens mais travaillant pour d'autres chaînes de télévision, étaient présents à ce carrefour. J'ai été, comme tout le monde, totalement indigné par ces rumeurs odieuses concernant un événement aussi dramatique jusqu'au jour où, des révélations absolument CAPITALES se sont produites concernant cette affaire. Ces révélations ont eu lieu au cours d'une interview radiophonique sur RCJ. Lors de cette interview, l'animateur de la radio a interrogé deux journalistes de tout premier plan : Denis Jeambar (l'ex directeur de l'Express) et Daniel Leconte (Réalisateur/animateur et producteur pour Arte). Cette interview faisait suite à un article que les deux hommes avaient déjà publié dans le Figaro quelques jours auparavant.
Leur témoignage est absolument CAPITAL et, à vrai dire, totalement STUPEFIANT.

fb0ebac374115a5e373fee3ca0e6626d.jpg
Dans les locaux de France 2, en présence de journalistes et de responsables de la chaîne (dont Arlette Chabot) ces deux journalistes indépendants ont pu visionner la fameuse cassette vidéo qui contient la scène célébrissime de « la mort du jeune palestinien ». Cette scène a fait le tour du monde et créé une véritable icône mondiale: le martyr d'un enfant palestinien innocent tué de sang froid par les barbares israéliens. Les deux hommes ont pu voir la cassette « brute » (rushes) de laquelle on sélectionne quelques scènes pour illustrer le journal télévisé de 20 heures. Lors de ce visionnage très attentif et particulièrement méticuleux (ralenti, arrêt sur image, retour sur image, etc…) les deux hommes ont constaté, avec une immense stupéfaction, que la quasi-totalité des images d'actualité contenus dans cette cassette vidéo étaient bidonnés, c'est-à-dire carrément MISES EN SCENE. Autrement dit, des « figurants » jouent « de fausses scènes l'actualité » comme pour une fiction devant la caméra.
Je cite Jeambar et leconte lors de leur interview du 01/ 05/2005 sur la radio RCJ: émission RCJ
Denis JEAMBAR : « il faut dire aussi que dans ces rushes, pendant 24 minutes à peu près, on ne voit que de la mise en scène. C'est-à-dire, des jeunes palestiniens utilisant d'ailleurs la télévision comme moyen de communication. C'est l'arme des faibles, je dirais aujourd'hui. Simulant des blessures etc on les voit tomber, quand ils ont l'impression qu'ils ne se passent rien, ils se redressent »
« Moi, je ne porte pas de jugement sur le comportement des palestiniens. Comme je dis, c'est l'arme des faibles. Mais c'est une vérité. Il n'y a qu'un homme qu'on voit blessé à la cuisse. Là, on voit clairement qu'il y a du sang qui coule. Mais pour le reste, vous voyez des garçons qui regardent la caméra, qui font semblant de tomber, qui tombent, et quand ils voient qu'il se passe rien, ils repartent en courant ».
« Ils simulent des blessures, totalement. Des va et vient d'ambulance où on évacue les gens qui n'ont strictement aucune blessure. C'est aussi un élément important du film, et d'ailleurs, qui fait que dans la première vision on a été extraordinairement troublé. Et le deuxième élément de trouble, c'est la scène elle-même. C'est-à-dire qu'on a demandé des vérifications parce que le père porte un T-shirt sur lequel on ne voit aucune trace de sang. Et ça a été un des éléments qui nous a aussi troublé »
Daniel LECONTE : « Oui, pareil. Denis a parfaitement résumé la situation. J'ajouterai dans la mise en scène, qu'évidemment autour de la table, quand nous étions avec les représentants de France 2, ils ont été obligés de reconnaître, comme nous, que c'était de la mise en scène. Ce qui est quand même extravagant. Et quand on leur a dit : « vous voyez bien que c'est de la mise en scène », l'un d'entre eux nous a dit en souriant : « mais oui tu sais bien que c'est toujours comme ça ». Toi tu sais peut-être, mais le téléspectateur il ne sait pas que c'est toujours comme ça »
NON ! VOUS NE REVEZ PAS ! Cà n'est pas du Thierry Meyssan qui affirme des sornettes grotesques et éléphantesques. Il s'agit de deux journalistes parfaitement reconnus et estimés dans le milieu, qui ont simplement décrypté les images au ralenti, constaté les innombrables bidonnages et obtenu relativement facilement l'aveu de plusieurs journaliste de la chaîne publique…

Il y a donc déjà très longtemps (trois ans à ce jour) que Jeambar et Leconte ont obtenu CES AVEUX de la part de plusieurs journalistes de France 2 qui leur ont, en outre, précisé que les palestiniens leur fournissaient très régulièrement ce type d'images d'actualité BIDONNEES c'est-à-dire mise en scène et que c'était quasiment devenu la norme !! (je rappelle à nouveau la phrase de Leconte : « l'un d'entre eux nous a dit en souriant : « mais oui tu sais bien que c'est TOUJOURS comme ça »).
Il ne s'agit donc pas, de la part des palestiniens, d'une supercherie hyper subtile, pratiquement indécelable et surtout exceptionnelle qui aurait pu, cela peut facilement se comprendre, échapper à la vigilance des journalistes de F2. Non, selon les dires du journaliste ces bidonnages sont devenus la norme et ceux que nous payons avec nos redevances pour nous « informer » l'acceptent sans même broncher! On se pince pour être sûr de ne pas avoir rêvé !
Les deux hommes ont donc constaté par eux-mêmes ces incroyables bidonnages. Depuis, une troisième personne d'importance à constaté l'évidence de ces images d'actualité truquées. Cette personne semble, elle aussi, au dessus de tous soupçons puisqu'il s'agit tout simplement de la Juge du tribunal de Paris (11ème chambre de la Cour d'appel) Madame Laurence TREBUCQ ! Ce magistrat est en charge du procès en appel qui oppose France 2 à Philippe Karsenty, l'un des « soi-disant » illuminés qui parlent d'images bidonnées depuis longtemps.
Je cite la juge lors du procès (elle s'adressait à Arlette Chabot représentante de F2 et qui se montrait fort irritée par le fait que la juge ait constaté, elle aussi, de nombreux bidonnages sur les séquences de la cassette vidéo)
La juge F. TREBUCQ : « Madame, je ne dis pas que votre chaîne n'a diffusé QUE des reportages bidonnés je dis qu'elle a AUSSI diffusé des reportages bidonnés. "
b21b78e477748e29d1c68e91ca42ae67.jpg
Notons qu'Arlette Chabot n'était pas responsable du service info à l'époque, il s'agissait d'Olivier MAZEROLLES.
Une chose est absolument certaine : France 2 et Charles ENDERLIN vont avoir un mal fou pour démontrer que sur une cassette considérée comme bidonnée disons… à 95 % ; les 5% restants que l'on nous oblige à considérer comme absolument authentiques seraient, par un hasard divin, la scène de la mort de l'enfant super bien cadrée et qui constitue, à nouveau comme par hasard, l'image de propagande absolument « idéale » pour rallier définitivement les téléspectateurs du monde entier à la cause palestinienne. Bref ; un minuscule petit îlot de scoop insensé et inespéré mais garanti authentique pur sucre dans un océan de mensonges montés et orchestrés de toutes pièces par les militants de la cause palestinienne qui improvisent et jouent des scènes de guerre devant les cameramen palestiniens !
66b3bdbba6f9df0b277ebd1dceff9ab2.jpg
QUELQUES DETAILS NON NEGLIGEABLES…
1) contrairement à l'instinct paternel, le père ne fait pas bouclier de son corps pour protéger son fils. Il fait exactement l'inverse : il serre son enfant contre lui. C'est donc l'enfant qui est en position de « bouclier contre les balles ». Notons que, vu la disposition des lieux, le père aurait pu totalement recouvrir l'enfant de son corps. Dans ce cas l'enfant ne risquait strictement rien, sauf en cas de tir d'obus ou de grenade. Mais, passons, après tout, pourquoi pas…
2) Le père est censé être très grièvement blessé par les balles de l'armée israélienne qui sont censées êtres redoutables. Or, il n'y a pas la moindre tache de sang sur le T-shirt blanc et hyper léger du père. Nous ne sommes pas en Alaska où l'épaisseur de la veste de la victime pourrait absorber ou cacher le sang.
3) L'enfant n'a pas plus de traces de sang que son père. Or, selon tous les experts en balistique, les balles « incriminées » auraient dû faire littéralement éclater les chairs.
4) Aux dires du caméraman, ces balles israéliennes ont soit disant étés dûment récupérées par France 2 (c'est-à-dire par lui-même) or il ne veut pas les montrer à la presse. Pourquoi ? C'est son secret dit-il bizarrement.
5) Le corps du jeune garçon n'a jamais été autopsié et il a été enterré rapidement, sans enquête de police. Personne n'a jamais montré aux journalistes les balles israéliennes qui sont censées l'avoir tué !
6) Le caméraman de F2 affirme que les tirs ont étés très intenses et continus sur les deux victimes pendant 45 minutes. Or, on ne compte que 7 ou 8 impacts de balles sur le mur contre lequel les victimes étaient recroquevillées, derrière un baril en ciment ! Cela fait vraiment très peu pour un acharnement et des tirs intensifs censés avoir duré pendant 45 minutes ! Mieux encore, au lieu de filmer ce véritable déluge de tirs sur les deux pauvres victimes avant leur « mort » le caméraman a filmé…. les fameux bidonnages que l'on voit avant la scène fatale !!! Et dans ces bidonnages on remarque le père et son fils qui attendent sans raison derrière le baril de ciment !
7) Selon un expert en balistique, ces 7 ou 8 impacts, par leur forme, ne sont pas dûs à des tirs israéliens.
8) Longtemps avant « la mort de l'enfant », le père et son fils sont déjà en place derrière le baril de ciment alors que tout est calme autour d'eux. Attendent-ils d'entrer en scène au moment voulu ? Car, étrangement, à 70 cm juste derrière eux un autre caméraman palestinien filme tranquillement en direction des israéliens !!! Filmerait-il tranquillement, et totalement à découvert, un canardage intensif directement face aux rafales meurtrières israéliennes !? L'ensemble des images bidonnées qui précèdent la mort montre que les futures victimes sont déjà en place à attendre et qu'ils restent là alors qu'il leur aurait été possible de quitter cet endroit à de nombreuses reprises et tranquillement. On voit à quelques mètres d'eux des cameramen palestiniens fumer tranquillement leur cigarette, insensibles au soit disant canardage sur un carrefour totalement à découvert !
9) Charles Enderlin affirme avoir coupé l'agonie de l'enfant car trop insupportable. Or cette scène n'existe pas sur la bande vidéo brute et Enderlin est toujours incapable à ce jour de la montrer.
bb308f6def79c0973290b388e869e524.jpg

Bref, cela fait beaucoup d'énormes questions pour ce petit confetti restant mais supposé être la seule partie de réalité non bidonnée. Il faudra des âmes bien plus que très charitables pour faire semblant de prendre au sérieux ces 5% de « vrai réel » surgissant comme par miracle à la fin d'une cassette entière de bidonnages grossiers et avérés.
A propos du décryptage des bidonnages : il s'agit de repérer un « bêtisier » involontaire, des erreurs contenues dans les mises en scènes elles-mêmes. Mais ce « bêtisier » est difficile à voir à la première vision. Trois exemples types : le blessé boite de la jambe gauche puis de la jambe droite. Un « mort » répond soudain au téléphone lorsque son portable se met à sonner. Des jeunes font semblant de fuir, affolés sous les tirs pendant que l'on voit juste à coté d'eux des journalistes qui font tranquillement la pose en fumant leur cigarette et qui rigolent tout en papotant ! etc… (Liste non-exhaustive)
L'OMERTA TOTALE DES MEDIAS…
Fort curieusement, les médias dans leur totalité ne tiennent absolument pas compte des révélations PLUS QUE CAPITALES de Jeambar et Leconte, ni des constatations identiques de la juge Madame Trébucq, ni des AVEUX des journalistes de France 2. Ces gens là et cette femme ne sont pourtant pas des affabulateurs ou encore l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'ours des bidonnages !
Ce sont des témoins DIRECTS et on ne peut plus connus et respectés dans leur profession. Il est donc tout à fait facile de les contacter et de les interviewer! Cette affaire semble représenter un tabou idéologique absolu. Pourquoi ? …
0c1240843cbd98fef9a4f3c13a50059e.jpg
Pourquoi, après ces aveux de bidonnages par des journalistes de F2, continuer à colporter encore et encore la thèse qui présente Charles ENDERLIN comme une simple victime d'extrémistes illuminés et haineux? Pourquoi cette incroyable affaire semble-t-elle gêner autant de monde ?
Si Enderlin est une victime c'est qu'il est la victime des images mises en scène par son caméraman palestinien Talal abu Rahma qui l'a ouvertement abusé et nous avec. Il n'est donc pas victime d'illuminés, d'une juge, et de journalistes consciencieux. S'il est victime, il est donc victime de France 2 qui acceptait sans sourciller des reportages bidonnés et EN CONSCIENCE depuis longtemps (je rappelle encore cet aveu tant il est incroyable : « l'un d'entre eux nous a dit en souriant : « mais oui tu sais bien que c'est toujours comme ça »)
Qui est la victime ? Enderlin ou l'honneur perdu des médias dans ce qui est déjà un énorme OUTREAU médiatique qui ne peut, désormais, qu'éclater très rapidement? Qui est la victime ? Enderlin ou le téléspectateur qui demande à être informé avec au moins un petit minimum d'objectivité et qui demande tout simplement la vérité?
Pourquoi ce silence de tombeau dans les médias ? Pourquoi cette omerta, cette froide morgue et cette désinformation totalement méprisante pour le public et la démocratie? Cette affaire est une insulte à l'intelligence et à la dignité des citoyens du monde entier.
Les journalistes de France 2 ont avoué et reconnu les bidonnages devant Jeambar et Leconte il y a presque trois ans déjà! Il n'y a donc pas de calomnie envers Enderlin il n'y a qu'un gigantesque OUTREAU MEDIATIQUE à démêler avec une commission parlementaire que nous devons TOUS réclamer.
A noter que France 2 travaille encore à ce jour avec C. ENDERLIN comme correspondant en Israël et avec le même… caméraman palestinien !!!
La vérité n'a pas de camp : elle doit être établie quoiqu'il en coute...

Commentaires

...on se demande QUAND va-t'on prendre conscience de ce complot ou la gauche trempe allègrement depuis prés de 40 ans...infâmie et dérives totalitaires jusqu'où?...FAITES-MOI SIGNE QUAND VOUS VOUS REVEILLEREZ!...

Écrit par : sénèque | 23 mai 2008

Les commentaires sont fermés.