Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01 février 2008

BAUDELAIRE:CHELON,MURAT,LE MAUVAIS CHOIX DE GALLIMARD... : "...un texte de Lionel MAZARI..."

ed2f5807e7de868963927808c2072402.jpg

« …Le monde de l'édition autorisée serait-il trop occupé à porter secours aux ambulances de la poésie dont les infirmiers seuls sont malades? Un fois de plus Gallimard fait preuve de mauvais goût en s'associant aux laborieuses et fastidieuses ambiances de Jean-Louis Murat sur du réchauffé de Ferré. Tout y est: de l'inédit qui laisse un goût de déjà vu, des arragements élevés en batterie, une interprétation sans relief, et pour conclure cette farce au valium, un bonus live funéraire. Comme le disait Léo Ferré: "Tout est prêt, les capitaux, la publicité, la clientèle; qui donc inventera le désespoir?" Et bien c'est fait. Alors pourquoi promouvoir une telle désolation alors que Georges Chelon a récemment produit un magnifique travail de mise en chanson des poèmes de Baudelaire? Un Georges Chelon qui est même souvent au cours de ces quatre albums plus inspiré que Léo; un Georges Chelon à comparer plutôt au Verlaine et Rimbaud ou à l'Aragon de Ferré. Il a su déceler dans Les fleurs du mal la couleur et la saveur narratives qu'il restitue avec un rare plaisir et une évidente intelligence et qui nous condamne au bonheur d'une écoute en boucle de son inspiration généreuse. Alors faut-il croire que Georges Chelon n'est pas identifié comme poétique dans le Cloaque? Les écluses éditoriales des contre-courants culturels dans lesquels nage la fausse faune artistique  et littéraire affamée de fausse fleurs de cimetière le boudent-elles parce qu'il vit la poésie de Baudelaire? Tenteraient-elles de noyer, mais sans succès, la muse qui va vers la mer?  Le public ne s'y trompe pas qui accueille Georges Chelon à bras ouverts et à guichets fermés. Le Baudelaire de Jean-Louis Murat ne lui sera qu'une muse vénale aussi éphémère que lucrative. Au trantran tralala où vont les bananes alitées de la médiculture, on peut pronostiquer pour 2015 du Rimbaud lyophilisé, voire de l'Apollinaire mis en conserve de compost par un nouvel  avatar du Système-déconfiture par ce sombre -M- par exemple, qui monte, qui monte et qui grimpe à des réseaux d'ombre sous les faux-soleils contagieux. Tous ces artistes sous influence qui font du trafic d'âme dans les marécages médiatiques et qui, quand on leur parle de culture, sortent leur dénoy-auteur… » 

      http://www.lionelmazari.org/

Les commentaires sont fermés.